Le Raja déjà en demi-finales

Le match comptait pour la 5-ème journée des quarts de finale de la Ligue des champions d’Afrique de football (groupe A). Avec quatre victoires et une seule défaite, les Rajaouis comptabilisent un total de 12 points et se déplaceront en Egypte pour y rencontrer Al-Ahly, le tenant du titre, sans trop de soucis à se faire, la qualification étant déjà acquise. Il s’agit de la quatrième victoire d’affilée des Diables Verts dans leur groupe. Défaits (0-2), face à ces mêmes Congolais du TP Mazembé lors de la première journée à Lubumbashi, avant de disposer d’Al-Ahly d’egypte (2-1) à Casablanca et de la Jeanne d’Arc du Sénégal par 2-1 (aller et retour). Déjà vainqueur de la Ligue des champions en 1989, 1997 et 1999, le Raja a réussi une belle performance en perspective d’une quatrième consécration continentale.
Les Rajaouis ont démarré la partie sur les chapeaux de roues, en inquiétant dès la 5ème minute le gardien adverse, par l’entremise de Hicham Aboucharouane, auteur d’un joli lob. Ce même Aboucharouane, associé à François en attaque, a donné le tournis aux défenseurs du Tout Puissant mazembé, qui ont du maintes fois recourir au tirage de maillot afin d’arrêter le virevoltant rajaoui, qui d’un tir puissant, va obliger le gardien Mayala Mcwelly à se détendre à fond pour dévier en corner.
L’unique but de la partie a été inscrit par Abdelouahed Abdessamad à la 33ème minute de cette partie qui a tenu en haleine le nombreux public –quelque 25.000 spectateurs – venu encourager les Verts au Complexe Sportif Mohammed V de Casablanca. Un public merveilleux et qui a porté à bout de bras son équipe, justifiant largement son appellation de « douzième homme ». Cinq minutes plus tard, Aboucharouane –encore lui – aurait pu faire profiter son équipe d’un deuxième s’il n’avait joué trop « personnel» en tentant un tir de loin, au lieu de servir le Camerounais François, qui était bien placé. A la 44ème minute de jeu, les Diables Verts ont eu une belle frayeur, le TP Mazembé étant passé très peu de l’égalisation. En seconde période, le Raja de Casablanca a continué à maintenir son pressing pour consolider le résultat et empêcher un adversaire qui pratiquait un bon football de revenir à la marque. Les Congolais maîtrisant parfaitement la technique du hors-jeu, ont souvent fait tomber les Rajaouis dans ce piège. Parallèlement, le TP Mazembé se repliait en défense et procédait par des contre-attaques rapides, qui buttaient souvent sur Jrindou ou Kacimi.
Le gardien Mostapha Chadili a rarement été vraiment inquiété par des tirs par trop imprécis. Mais dans l’ensemble, les Rajaouis ont tous bien tourné, à l’exception peut-être de François, dont on était en droit d’attendre un peu plus, vu les qualités que tout le monde lui connaît. Les changements effectués par le coach congolais Joseph Mokeba n’ont pas apporté grand-chose. Walter Meeus a, quant à lui, fait entrer Sami Tajeddine en remplacement de Mohamed Foulouh, auteur d’une belle partie. A la 68ème minute, Tajeddine ratera l’occasion d’aggraver le score sur un «caviar» de Nabil Masloub.
Au coup de sifflet libérateur de l’arbitre libyen Abdelhakim Chelmani, auteur d’un sans-faute, le coach des Verts Walter Meuus a déclaré que son équipe mérite la qualification, «car elle a bien cherché la victoire lors de cette rencontre, surtout en première mi-temps». «On a bien cherché à profiter des balles perdues des adversaires pour mener des contre-attaques. En deuxième mi-temps, nous avons baissé le rythme et tenté de conserver notre avantage.
Ce succès nous permettra d’aborder le match contre Al-Ahly avec un bon moral, et nous allons entamer notre préparation dès maintenant pour la demi-finale qui ne sera pas facile».
De son côté, son homologue congolais, Joseph Mokeba, s’est montré fair-play, reconnaissant que «la victoire du Raja est logique car il joue sur son terrain et devant son public ». Il s’est par contre montré critique envers l’arbitrage, «un problème qui nous a décimés le long des autres rencontres». «Mais, a-t-il poursuivi, nous allons jouer le tout pour le tout lors de la prochaine journée contre la Jeanne d’Arc pour assurer notre qualification aux côtés du Raja ». Outre le côté purement sportif, la Ligue des champions s’avère être une manne non négligeable et une victoire en finale donne un ticket d’accès à une participation au Mondial des clubs en 2003. Les Verts avaient pris part à la première édition et avaient touché un joli pactole.
De plus, les effets de la médiatisation ont fait que des joueurs comme Talal El Karkouri ont pu être convoités par de grands clubs européens… Mais, avant cela, il faudra se concentrer au maximum sur cette demi-finale au cours de laquelle le Raja affrontera le deuxième du groupe B (le Zamalek d’Egypte, l’Espérance de Tunis ou l’ASEC d’Abidjan).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *