Le Raja in, le WAC out

Le Raja in, le WAC out

Le Raja de Casablanca renoue avec les finales des coupes africaines. Dimanche à Enugu au Nigeria, les poulains d’Henri Michel ont assuré une place en finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF) et ce en dépit de leur défaite par deux buts à zéro en demi-finale retour contre l’équipe nigériane des Rangers. Le résultat de l’aller leur a en effet beaucoup facilité la tâche. Vainqueurs 4-1 il y a deux semaines au Complexe sportif Moulay Abdellah à Rabat, les Vert et Blanc ont abordé cette rencontre retour sans aucune crainte et nullement impressionnés par la force dont l’équipe locale fait preuve devant son public. En finale, les rajaouis rencontreront les Camerounais du Coton Sport Garoua, qui se sont qualifiés à la dernière phase de cette compétition malgré une petite défaite en retour dimanche à Tunis contre le Club Tunisien (2-1). Larges vainqueurs en aller par trois buts à zéro, les Camerounais ont scellé le sort de la rencontre de dimanche dès la première minute de jeu. Dans un sursaut de fierté, les Tunisiens allaient marquer leurs deux buts en fin de première mi-temps. Deux réalisations qui n’ont finalement rien changé au résultat final. Le très haut niveau des Camerounais durant cette demi-finale laisse présager un duel maroco-nigérian très explosif, dont l’aller est prévu entre le 7 et le 9 novembre à Casablanca alors que le retour est programmé entre le 21 et le 23 du même mois. Le Wydad de Casablanca n’a pas eu la même chance que son frère rajaoui. La seconde équipe casablancaise engagée dans les compétitions africaines n’a pu défendre sa couronne. Les Rouge et Blanc n’ont pas su surmonter le handicap des deux buts encaissés, il y a une quinzaine de jours à Sousse face à l’Etoile du Sahel. Pire, dimanche soir au Complexe sportif Mohammed V à Casablanca, les poulains d’Ivica Todoov se sont montrés très limités sur le plan offensif. Leurs attaques, pourtant fort nombreuses tout au long des 90 minutes de jeu, n’ont abouti à aucun moment. Ils se sont même offert le luxe d’encaisser un but, à dix minutes de la fin de la rencontre. L’équipe tunisienne a transformé l’unique occasion qu’elle s’est créée ; un contre anodin a donc permis à l’Etoile de marquer le but, signé du pied du Nigérian Obiacon Okoko (79ème minute), qui la mettait complètement à l’écart de toute mauvaise surprise de dernière minute. En effet, forte de son avantage acquis en aller à Sousse, l’Etoile du Sahel n’a pu s’empêcher de briller de mille feux sur la pelouse du complexe casablancais. Très pragmatiques, les Tunisiens se sont déplacés au Maroc avec une seule idée en tête, garder un statu quo qui leur était plus que favorable. C’est ce qu’ils ont réussi à faire, haut la main, face à une équipe casablancaise qui souffre d’un manque terrible au poste d’avant-centre. Le parcours de cette dernière en coupe africaine des vainqueurs de coupes s’est arrêté en demi-finales. Le sacre réalisé face à l’Ashanti Kotoko ne se répétera finalement pas cette saison. Cette saison, ce privilège revient donc aux Tunisiens de l’Etoile du Sahel qui affronteront en finale Julius Berger du Nigeria. Ce dernier s’est qualifié aux dépens d’APR de Rwanda qu’il a littéralement terrassé tant en aller qu’en retour. Devant leur public, les Nigérians ont visité la lucarne de leur adversaire à trois reprises (3-0). Au Rwanda, ils se sont également imposés sur le score de deux buts à zéro. La finale aller aura lieu les 14, 15 ou 16 novembre alors que le retour est programmé pour les 5, 6 ou 7 décembre prochain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *