Le Raja remplace l’équipe nationale

Changement de dernière minute. La rencontre amicale, qui devait opposer, aujourd’hui, au complexe sportif Moulay Abdellah, les Lions de l’Atlas à l’équipe nationale suisse, qui se prépare pour la Coupe d’Europe des Nations qui aura lieu au Portugal en juin prochain, a été revue et corrigée.
Finalement, c’est le Raja de Casablanca, vainqueur de la CAF, qui affrontera, ce soir au complexe sportif Mohammed V à Casablanca, le onze national helvétique. Et pour cause : le calendrier très chargé des Lions de l’Atlas de retour de Tunisie où ils ont brillé de mille feu. La décision, un peu tardive, a été prise par les responsables de la Fédération royale marocaine de football.
Par ailleurs, samedi prochain et dans le cadre des éliminatoires des jeux olympiques d’Athènes, les poulains de l’entraîneur national Mostapha Madih, affronteront l’équipe nationale de l’Ouganda. De son côté, le cadre technique national, Fethi Jamal, convoquera bientôt les joueurs de l’équipe nationale juniors pour un stage d’entraînement en vue des préparatifs aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations et de la Coupe du monde qui auront lieu à partir du mois de juin prochain. Contacté par «Aujourd’hui le Maroc», l’entraîneur national Fethi Jamal a fait savoir qu’un travail de terrain est en train de se faire pour dénicher la perle rare. Seulement voilà, selon lui, des difficultés existent. Fethi Jamal fait allusion aux jeunes joueurs évoluant à l’étranger.
Autrement dit, les jeunes issus des centres de formation des clubs européens. «Il s’agit de jeunes joueurs scolarisés qui suivent des stages de formation. Du coup, il est difficile de les faire venir à chaque fois qu’il y a un match ou un stage de formation ». Contrairement aux joueurs de l’équipe nationale A, le cas des juniors et des olympiques est un peu particulier.
En clair, il n’y a pas un texte juridique qui oblige les clubs à libérer ces joueurs. Le règlement de la FIFA ne s’applique, en fait, qu’aux joueurs sollicités par les équipes nationales A et ce pour des échéances bien déterminées comme la Coupe d’Afrique et la Coupe du monde. Et encore. Comme chez les seniors et les olympiques, le joueur professionnel est devenu un élément indispensable dans le choix des entraîneurs nationaux. «Il faut dire les choses telles qu’elles sont.
Le niveau de notre championnat est moyen. On est obligé de faire appel à nos jeunes joueurs de l’étranger. Mais cela ne veut pas dire que tous les joueurs sont disponibles. Il y a un certain nombre d’entre eux qui déclinent l’invitation pour des raisons soit scolaires, soit professionnelles et qui sont en rapport avec leurs clubs», a déclaré Fethi Jamal. Des Chemakh, Haji, Zairi, Regragui, Alioui, Mokhtari…il y en a beaucoup en Europe. Et ils sont prêts à défendre les couleurs nationales, surtout le bon parcours des Lions de l’Atlas. C’est une réalité. Mais, il ne faut pas, non plus, oublier les joueurs locaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *