Le Rallye Dakar zappe le Mali

Le Rallye Dakar ne passera pas par Tombouctou, une ville située sur le fleuve Niger au Mali. Les organisateurs de l’événement ont procédé à un changement de parcours après avoir reçu une lettre du ministère des Affaires étrangères français jugeant cette étape risquée.
«Le vendredi 22 décembre dans l’après-midi, le Quai d’Orsay nous a écrit pour nous demander l’annulation de l’étape de Tombouctou (Mali). La raison évoquée par le ministère est l’existence de bandes armées dans le nord du Mali ayant proféré, il y a quelques semaines, des menaces à l’égard des intérêts français et des Français», a déclaré à ALM Roger Kalmanovitz, chargé de la sécurité du Rallye.  «À partir de ce moment, poursuit M. Kalmanovitz, nous avons donc décidé de supprimer cette étape et ce malgré l’excellent dispositif de sécurité mis en place par les autorités maliennes. Notre souhait était de réintégrer l’étape de Tombouctou qui ne fait plus partie du rallye depuis 1999 et permettre aux participants de découvrir cette région». Pour éviter la ville malienne, les organisateurs ont dû supprimer deux étapes : de la ville Néma en Mauritanie vers Tombouctou et de Tombouctou vers Néma.
L’étape sera remplacée par une étape en boucle Néma-Néma, comprenant un secteur chronométré de 376 kilomètres, le 16 janvier.
Le 17 janvier, les concurrents profiteront d’une demi-journée de repos, puis prendront la route pour une liaison d’environ 280 km vers Ayoun-el-Atrous (Mauritanie), où sera donné le départ de l’étape du 18 janvier en remplacement de Néma, en direction de Kayes, où devraient avoir lieu finalement les retrouvailles de l’épreuve avec le Mali.
Ce n’est pas la première fois que le Rallye zappe une étape pour des raisons de sécurité. Plusieurs pays sont jugés risqués comme l’Algérie, dont le sud-est reste une zone dangereuse. Des prises d’otages de touristes européens se sont déroulées dans différentes régions comme Tamanrasset, le Hoggar ou encore le Sahel, une vaste zone désertique que se partagent l’Algérie, le Mali et le Niger.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *