Le Real Madrid fête ses cent ans

D’Alfredo Di Stefano à Zinédine Zidane en passant par Zamora, Raul, Paco Gento, Raymond Kopa, Ferenc Puskas ou Emilio Butragueno. Tous des joueurs inégalables et qui sont passés par une équipe qui ne l’est pas moins et qui en est maintenant à son centième anniversaire. Tout avait commencé un 6 mars de l’année 1902, il y a un siècle déjà. «Nous n’étions pas plus de trente socios. C’était difficile de réunir une équipe et plus d’une fois, on a dû jouer à sept ou huit», avait écrit le premier président du club, Julian Palacios à propos de la laborieuse création du Madrid Football Club. C’était une époque où le foot était encore un sport insolite, sinon marginal. Trois ans plus tard, l’équipe remporte sa première coupe d’Espagne.
En 1920, les dirigeants du club, qui en est déjà à sa cinquième coupe, le championnat n’ayant pas encore vu le jour, reçoivent une lettre de la maison royale dans laquelle « sa majesté Alfonso XIII décerne avec le plus grand plaisir au club le titre de Real».
Le désormais «Real» Madrid ne va plus cesser de prendre de l’importance et met déjà en place une politique de recrutement ambitieuse avec notamment son premier transfert-record en 1930: le club engage le légendaire gardien de but Ricardo Zamora pour l’astronomique somme de 150.000 pesetas. En 1931 le Real remporte ainsi son premier championnat, créé en 1928. La guerre civile espagnole (1936-39) terminée, et sous l’impulsion du président Santiago Bernabeu, le Real reprend son ambitieuse politique de recrutement de joueurs (Pahino, Luis Molowny), mais aussi d’entraîneurs, avec notamment Michael Keeping, passé à la postérité comme «Mister Keeping». Devant la popularité croissante du football et du Real, Santiago Bernabeu lance, dans la même époque, dans des terrains vagues de la banlieue nord de Madrid les travaux de construction du stade de Chamartin, qui portera plus tard son nom (1955).
Les années 1950 sont les années fastes. Grâce à ses soutiens politiques, le Real recrute le meilleur joueur du monde Alfredo Di Stefano en 1953.Le Français Raymond Kopa et le Hongrois Ferenc Puskas suivront, respectivement en 1956 et 1958, aux côtés des espagnols Paco Gento, Joseïto ou Juan Alonso. À partir de cette date, la domination du Real est totale, au niveau local comme dans tout le vieux continent avec les coupes d’Europe de 1955-56, 1956-57, 1957-58, 1958-59, 1959-60 et cinq Ligas dans les années 1950.
Une emprise qui va se desserrer dans les années 1960 malgré un titre en 1965-1966. il aura fallu attendre la saison 1997-98 pour voir l’équipe madrilène triompher à nouveau en Europe avec Roberto Carlos, Pedjag Mijatovic, Raul, Clarence Seedorf ou Christian Karembeu. Deux ans plus tard, elle réussit la gageure de remporter à nouveau le titre avec notamment Raul, Hierro, Roberto Carlos et Steve McManaman.
En Espagne, le club est toujours resté au plus haut niveau et les aficionados se rappellent avec émotion les quatre titres de suite en Liga entre 1986 et 90 et les deux coupes de l’UEFA en 1985 et 1986. Pour son centenaire, le Real voudrait réaliser un exploit jamais encore réussi: le triplé Ligue des Champions-Championnat-Coupe d’Espagne.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *