Le respect de la logique

Le coup de théâtre des huitièmes de finale de la coupe du Trône vient de la salle Al Mamoune de Rabat où le MSR a reçu le WAC. Ce dernier a joué avec le feu, dès le début de la rencontre, en laissant l’initiative aux locaux qui avaient momentanément creusé l’écart à 15 points. Cependant, l’expérience du WAC a réduit son retard à 49-48 à sept minutes de la fin de la rencontre.
A ce moment, des clés ont été jetées des tribunes sur un joueur wydadi. Ce dernier les a ramassées pour les montrer à l’arbitre, mais il a été empêché par un joueur du MSR. Le malentendu a dégénéré en coups de poing échangés entre les deux équipes, ce qui a incité le public à envahir le terrain. Les quatre agents de police présents dans la salle n’ont pu maîtriser correctement la situation. Deux joueurs du WAC, Ayadi et Khattabi en l’occurrence, ont été agressés par des joueurs rbatis. Ils ont été transportés à l’hôpital pour les premiers soins. Les deux victimes ont bénéficié respectivement de 30 jours et 35 jours d’IPP.
A ce propos, des plaintes ont été déposées contre les agresseurs. A Meknès, le CODM s’est incliné sans résistance devant la révélation de cette saison, l’IRT sur le score de 61-74. pour sa part, le Raja est allé battre les FAR dans leur propre fief sur la marque sans appel de 63-75. A Khouribga, l’OCK n’a rien pu faire devant la furia des co-équipiers de Kajjaj qui leur ont infligé une sévère défaite. Score final 52-69.
Le MAS s’est quant à lui déplacé à Essaouira non sans crainte. Le club souri avait battu les Fassis l’année dernière en championnat. Ce souvenir a contraint les massistes à prendre en main les choses dès le départ pour clôturer cette rencontre en leur faveur sur la marque de 49-66. Par manque de ressources financières, le KAC a fait le déplacement à Berkane pour jouer la RSB uniquement pour la forme. Le score américain de 100 à 56 explique la domination totale des locaux. Ils passent ainsi aux quarts de finale en tant que seul représentant de la deuxième division. La seule rencontre qui s’est déroulée à Casablanca à la salle du WAC a mis aux prises la SGMB et le TSC, leader du championnat. Le coach Youssef Lamjahed du TSC n’a pas voulu prendre de risque, puisqu’il a incorporé ses meilleurs éléments, Hannouni, Bouzidi, Retno, Boukhris, Ichih et consorts. Dès l’entame, ces derniers ont forcé le ton pour éviter de tomber dans le piège des banquiers, bien préparés par leur manager Jegoura Brahim. Les quatre quart-temps ont tourné en faveur du TSC : 16-25, 28-48, 45-63 et 59-85.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *