Le saladier tant convoité

Les Etats-Unis d’André Agassi et de Pete Sampras ont baissé les armes à Zagreb, dès le premier tour de la Coupe Davis 2003 de tennis. Face à la Croatie, les Américains, justement privés de ces deux stars, leurs deux meilleurs joueurs, se sont inclinés 4-1.
L’absence d’Agassi, vainqueur des Internationaux d’Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison, et de Sampras, ancien numéro un mondial, a pesé lourd sur le moral des joueurs. Le grand homme de la victoire croate a été incontestablement Ivan Ljubicic qui a gagné trois points, dont le décisif, contre le « numéro un » américain James Blake, 6-3, 6-7 (5/7), 6-4, 6-3, après celui du double associé au revenant Goran Ivanisevic.
La Russie a peiné avant d’assurer sa qualification pour les quarts de finale au détriment de la République Tchèque (2-3). Une qualification dans la douleur puisque la tenante du titre a dû attendre le dernier set du cinquième match pour se qualifier à Ostrava. Le même scénario que lors de sa finale contre la France. Pas de surprises pour les autres rencontres de ce premier tour. Quatre des équipes du Groupe mondial, la France, l’Australie, l’Argentine et l’Espagne, ont assuré une place au prochain tour dès samedi, deuxième jour de la compétition. Les Français, malheureux finalistes de l’édition 2002, sont les seuls à ne pas avoir perdu un seul set au cours de leurs trois premiers matches contre la Roumanie. La victoire finale (4-1) a notamment été facilitée par une baisse de régime du numéro un roumain Andrei Pavel, qui n’avait plus joué en compétition depuis son abandon au premier tour des Internationaux d’Australie en raison d’une blessure au dos. Le seul point roumain a été gagné par Victor Hanescu, vainqueur de Fabrice Santoro 6-1, 6-4, dans le troisième simple.
4-1 est également le score de la rencontre Australie-Grande-Bretagne à Melbourne. La très forte équipe australienne, menée par le vétéran Todd Woodbridge et le numéro un australien Lleyton Hewitt a dû abandonner un set dans le double à leurs homologues britanniques, diminués par l’absence de Tim Henman et Greg Rusedski.
Le premier tout a surtout profité aux Latinos. L’Espagne a rempli son contrat en écrasant la Belgique 5-0. Les Ibériques ont tout de même éprouvé quelques difficultés en double en l’absence de Juan Balcells.
L’Argentine a pour sa part écarté l’Allemagne 5-0. Les Allemands, privés de Tommy Haas et Nicolas Kiefer, ne sont sortis qu’une seule fois du Groupe mondial en 1983. Elle sera donc contrainte aux barrages comme l’an dernier.
Les autres rencontres de la journée se sont décidées au dernier simple. A Arnhem, les Suisses se sont imposés grâce à Michel Kratochvil, qui a battu le puissant Néerlandais Martin Verkerk (1,91 m et 89 kg), récent vainqueur du tournoi de Milan. A Helsingborg, Andreas Vinciguerra a apporté le point décisif à la Suède en battant le Brésilien Flavio Saretta 6-1, 7-5, 6-3.
La rencontre entre le vieux Jonas Bjorkman, 31 ans, et Gustavo Kuerten a tourné en faveur du Suédois.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *