Le Sénégal, une équipe made in France

Sur les 23 joueurs de l’équipe du Sénégal de football, vice-champion d’Afrique, 21 évoluent dans le championnat de France. Après les Tricolores, le Sénégal est l’équipe la plus francophone de la coupe du monde de football. Avec la même école et presque le même style de jeu que les Bleus, les «Lions de Teranga » rêvent de broyer sous la dent les champions du monde lors du match d’ouverture, vendredi prochain à Séoul.
Pour ce faire, le sélectionneur français Bruno Metsu, surnommé le lion blanc, compte s’appuyer sur son équipe type qui ne comprend que des Sénégalais exilés en Hexagone, avec notamment l’attaquant El-Hadji Diouf (Lens), le milieu offensif Khalilou Fadiga (Auxerre) ou les défenseurs Aliou Cissé (Montpellier) et Lamine Diatta (Rennes).
Seuls les gardiens remplaçants, Omar Diallo (O. Khouribga/Maroc) et Kalidou Cissokho (Jeanne d’ARC/Sénégal), évoluent ailleurs que dans l’Hexagone. Chez les Tricolores, ils sont cinq sur vingt-trois (Grégory Coupet, Ulrich Ramé, Frank Leboeuf, Djibril Cissé et Christophe Dugarry) à évoluer dans leur pays. Le match d’ouverture contre les champions du monde constitue un grand événement pour les hommes de Metsu. « Je me suis dit que c’était formidable de tomber sur la France pour le match d’ouverture, se souvient Ferdinand Coly, latéral droit de Lens. Pour nous, les Sénégalais de France, c’est un magnifique clin d’oeil. ». Et ce n’est pas Diouf qui dira le contraire, lui, qui a explosé cette saison en France. « Cela va forcément être un grand match. Avec la finale, ce sera la rencontre la plus regardée sur la planète !».
Pour le sélectionneur des vice-champions d’Afrique, cette affiche représente une récompense de deux ans de travail. Deux ans durant lesquels le Français a réussi à former une équipe solide et homogène à partir d’éléments évoluant dans le même championnat.
Résultat : une finale de la CAN 2002, perdue contre les Lions Indomptables, et une première participation à une phase finale de la coupe du monde. «Je n’ai pas éliminé les locaux, j’ai simplement pris les meilleurs », se défend Metsu, dont la plupart des joueurs n’ont pas passé leur enfance au Sénégal. Pour cette grande affiche France-Sénégal, un autre joueur d’un autre calibre, d’origine sénégalaise, sera de la partie : Patrick Vieira, le milieu de terrain français d’Arsenal. Français-Sénégalais, Sénégalais-Français, le destin en a décidé ainsi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *