Le Sept marocain ferme la marche

Le Sept marocain ferme la marche

La sélection marocaine de handball a signé sa deuxième meilleure performance dans un championnat du monde, après avoir terminé à la 20è place du Mondial-2007 messieurs en Allemagne. La meilleure apparition du Sept national, qui en est à sa 6ème participation, reste celle de 1999 en Egypte avec une 17è place au classement final, contre une 22è position aux Mondiaux de 1995 en Islande et de 2001 en France et une 23è place en 1997 au Japon et en 2003 au Portugal. Évoluant dans un groupe difficile aux côtés de la Croatie, de la Russie et de la Corée du Sud, l’équipe nationale, connaissant bien ses moyens, a appréhendé avec réalisme ces joutes.
Le dessein était de laisser passer l’orage croate et russe et de se concentrer sur le match décisif contre la Corée du Sud.
Une victoire contre les Sud-coréens aurait, en effet, permis à l’équipe marocaine de prendre la troisième place de son groupe et de s’assurer un classement entre les 13è et 18è places. Mais cet objectif n’a pu être atteint. En effet, après ses défaites à Stuttgart devant la Croatie (35-22) et la Russie (35-19), l’équipe nationale n’a pas pu résister à son homologue sud-coréenne (32-19) et termine dernière de son groupe.
Lors des compétitions de la Coupe du Président, disputées à Dortmund, l’équipe marocaine a dominé le 4è groupe, après deux victoires sur le Qatar (44-27) et l’Angola (32-28), ce qui lui a permis de jouer pour la 19è place contre le Brésil, leader du 3è groupe. Devant une Seleçao inconnue d’eux, les Nationaux, épuisés par un long parcours, ont cédé sur le score de 29-36, se contentant finalement du 20è rang (sur 24 équipes). Ce dernier match a résumé l’image d’une équipe mal préparée et manquant de moyens nécessaires pour disputer une compétition de haut niveau. D’ailleurs, l’entraîneur national Noureddine Bouhaddioui a, dès le premier jour, évoqué une préparation «en deçà de ce que requiert un événement de cette dimension». Il s’est également plaint d’un banc de touche qui ne lui offrait pas un large choix, la majorité des joueurs sont jeunes. Une donne qui s’est concrétisée sur le terrain par un groupe limité de joueurs professionnels qui ont supporté le poids de toutes les rencontres sans pouvoir être mis au repos, et qui ont ainsi fini par trop se dépenser. Certes, le classement est satisfaisant, mais vu le nombre de ses participations aux Mondiaux de la petite balle, la sélection nationale aurait pu intégrer au moins le cercle des équipes moyennes, c’est-à-dire celles qui se situent entre les 13è et 18è places mondiales.
Pour les responsables du handball national, un travail de fond basé sur la mise à niveau de cette discipline et l’amélioration du niveau du championnat national reste l’unique moyen pour que le Sept national dépasse le rôle de simple figurant qu’il joue dans les championnats du monde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *