Le snooker fait ses premiers pas

Jamais deux sans trois, dit-on. Après avoir mené à bien un premier Championnat national de billard américain, talonné de près par une première édition de la Coupe du Trône de la même discipline, la Fédération royale marocaine des sports de billards et snooker s’est attelée à l’organisation du premier Championnat national de snooker, une variante des sports de billards moins méconnue sous d’autres cieux. Le challenge était, l’on n’en doute point, de taille. Le snooker faisant ses premiers pas au Royaume, mener à bon port un Championnat national semblait quelque peu complexe. Nombre restreint d’adeptes oblige. Cette logique ne fut pas désavouée puisque sur la vingtaine de clubs existants, seuls cinq auront pris part à cette première mouture. Il s’agit du Star club de Tanger, le Prestige club de rabat, l’Association Anfa, le Mexicana club et le club First de Casablanca, ainsi que le Paradise club de Marrakech. Au bout de la besogne, la logique qui avait jusque-là prévalu n’a pas fait défaut. En effet, le carré final était composé de la crème des billardiers. Et ce n’est pas le président de la FRMSBS, Abderrazak Fahim qui dira le contraire. «Les meilleurs joueurs se sont retrouvés dans le carré d’or et ce n’est pas le fruit du hasard. La logique a été respectée car on ne peut parler de coup de chance lorsqu’on parle de snooker», souligne Fahim. Les phases finales s’étaient déroulées en quatre manches, aboutissant à des parties interminables s’étalant parfois sur 4 heures d’affilée. D’autant que les parties prenaient en longueur si l’on opte pour une stratégie défensive. Après des heures d’intenses échanges, c’est Mehdi Doghmi du club First qui décrocha le titre honorable de premier champion du Maroc de snooker. Un titre arraché à Karim Jaïz de l’association Anfa, finaliste de cette édition. Adnane Hizam (First) et Mohamed Riad Ameur (Mexicana) ont, quant à eux, occupé la troisième et quatrième places. Il est à souligner que Mehdi Doghmi avait antérieurement participé au Championnat du Monde qui a eu lieu au Caire en Egypte. Il avait réussi à tenir bon jusqu’à se classer parmi les quarante premiers. À noter également que la gent féminine n’a pas pris part à ce Championnat. Le snooker étant une discipline éprouvante nécessitant aussi bien une dose conséquente de concentration que des efforts physiques considérables. Le temps des parties est là pour en attester. Par ailleurs, susceptible de figurer parmi les prochains Jeux Olympiques d’Athènes, le snooker fait de plus en plus d’adeptes au Maroc. La fédération de tutelle a même exigé la présence d’au moins une table de snooker par club. La réticence de ces derniers quant à l’acquisition d’une table de snooker s’explique par le prix onéreux de celle-ci (100 000 DH), sa taille gigantesque qui occupe beaucoup d’espace (4X2m), ainsi que sa faible rentabilité, vu la durée des matchs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *