Le spectacle de Tyson

Insolences. Plus que des traits de personnalité chez lui, Mike Tyson semble cultiver ses défauts et en faire son « image de marque». Une image de méchant et d’homme détestable qu’il affiche fièrement, à un mois du choc avec le Britannique Lennox Lewis, roi des lourds (WBC/IBF), à Memphis (Tennessee). La vague de propos a commencé la semaine dernière. Arborant un air détendu lors d’une conférence de presse organisée à sa base hawaïenne en début du mois, il n’a pas pu s’empêcher de faire part d’un voeu qui lui est cher : celui de « tuer » son rival. Une menace à laquelle se sont ajoutées d’autres déclarations des plus venimeuses, cette fois devant les caméras.
Janvier dernier déjà, Tyson avait provoqué une bagarre avant de s’illustrer par ses provocations obscènes. La présentation du match Lewis-Tyson, prévu à l’époque à Las Vegas, s’en est vue annulée. Le rendez-vous réactualisé, il a promis à Lewis, celui qui lui a « manqué de respect en dédaignant mon salut lors d’une rencontre et devant ma femme », la plus dure des peines jurant, auparavant, de « manger ses enfants ». Des obscénités qui ne s’arrêtent pas uniquement à son ennemi juré, Lewis, mais qui donnent l’impression que Tyson est tout simplement décidé à « tirer » sur tout ce qui bouge. « Normalement, je ne donne pas d’interview aux femmes à moins de « forniquer» avec elle. Vous ne devriez plus parler… à moins d’être d’accord… » avait-il dit à une journaliste de télévision, faisant preuve d’un machisme hors-pair doublé d’une agressivité dont il est le seul à détenir le secret vis-à-vis des médias en général. Il leur reproche, entre autres, leur manque de dignité. « J’aimerais que vous ayez des enfants pour pouvoir les ruer de coups de pieds à la tête ou écraser leurs testicules, pour que vous ressentiez ma douleur, celle que j’endure tous les jours ». Tyson s’est aussi fendu de réflexions sur le mensonge et l’hypocrisie d’une société qui donne une image idéaliste des gens «avant de découvrir que Michael Jordan trompe sa femme comme tout le monde, que nous trompons tous nos p…. de femmes, émotionnellement, physiquement, sexuellement ou d’autres façons ». Une attitude qui ne manquera pas de donner plus d’attrait au combat à venir. Même si elles attisent la haine des organisations féministes notamment, elle peuvent aussi attiser la curiosité d’un public pas forcément enclin à suivre la boxe. Le tarif de connexion record, fixé à 54,95 dollars pour suivre ce combat sur le petit écran, oblige, les deux chaînes câblées liées au combat (HBO avec Lewis et Showtime avec Tyson) ne peuvent, en tout cas, que s’en réjouir.
En attendant, les organisateurs ont renoncé à toute conférence de presse commune avec Lewis jusqu’à leurs retrouvailles sur le ring. Même la pesée est prévue à deux horaires différents le même jour, privant du traditionnel cliché de ce dernier regard entre les deux adversaires.
Entre temps, Tyson poursuit sa préparation à Hawaï. Lewis, lui, est discrètement installé dans les montagnes du Pocono, en Pennsylvanie, où il peaufine aussi bien sa boxe que son image de gentleman. Chacun sa façon.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *