Le sport au service de l’humanitaire

Le Trophée Aïcha des Gazelles, ce n’est pas uniquement le sport et l’aventure. C’est aussi, un angle humanitaire qui se dégage. Ainsi, jeudi dernier, tout ce qui a pu être récolté a été distribué à l’école de Merzouga. « Aujourd’hui, dans le cadre de l’association «Coeur de Gazelle», c’est la journée de distribution de jouets, de cahiers, de crayons, de bibliothèques pour le rangement, d’encyclopédies… Pour les enfants défavorisés du désert, qui sont quand même scolarisés. On va donc leur donner un petit peu les moyens d’avoir quelques fournitures scolaires. On passera par cinq à six écoles de la région d’Erfoud pour essayer au mieux de faire une distribution homogène entre tous ces enfants démunis qui vivent dans des conditions assez précaires» explique, Houyam Berrada, correspondante de l’association Maïenga qui organise la manifestation au Maroc. C’est depuis, presque, 4 ans que le Trophée organise au Maroc l’opération «Cahiers-Crayons » permettant une distribution de fournitures scolaires dans les écoles des villes et des villages traversés par le raid.
Cette année et pour la contribution marocaine, Sidi Harazem, partenaire vitalité de beaucoup d’événements sportifs, met la main à la pâte. Boisson officielle du Trophée, la marque a offert 25 encyclopédies Master Junior de 7 volumes.
La distribution a été faite jeudi, dernier jour de l’épreuve des Gazelles dans l’école de Merzouga, une école de 300 élèves, de 6 à 16 ans venant des diverses provinces de la région. Toujours dans le cadre de cette opération, Marie-Claude Des Charles, responsable de cette initiative depuis le mois de septembre 2001 explique : « En fait c’est une opération que l’on va améliorer l’année prochaine en venant effectuer des repérages sur le terrain bien avant, en ciblant quelques écoles et en discutant avec les instituteurs pour connaître leurs besoins. J’ai contacté les fabricants de vêtements de ma région, Troyes, dont un a vraiment bien répondu en me donnant près de 80 kg de tee-shirt, des chaussures, des rames de papier, des classeurs…
On va essayer l’année prochaine d’établir un plan plus large, parce que là on était un peu juste au niveau du temps. En faisant cela, on espère tripler les dons». Pour Dominique Serra, l’organisatrice de l’événement, le mot humanitaire n’est pas le bon terme. «Je préfère le mot utile, on fait des choses utiles dans les villages où l’on passe, devant les enfants que l’on croise et auxquels on ne peut pas rester indifférents».
L’association « Coeur des Gazelles» présidée par Amina Benjouid est là pour en témoigner. Créée grâce au Trophée, cette association s’occupe spécifiquement de l’aide humanitaire autour du Trophée. En outre l’association soutient depuis l’année 2000, « Solidarité féminine». Un partenariat qui permet de consolider les actions en faveur des mères célibataires exclues et marginalisées et des enfants en bas âge. Avec «Bayti », «Coeur de Gazelles» essaie de mener une oeuvre pour la protection des enfants des rues, notamment en s’occupant de leur réinsertion.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *