Le TSC : Club à vendre ?

Le TSC : Club à vendre ?

Cette année, le TSC, club habitué des sacres en division excellence de basket-ball, devra se contenter d’une troisième ou quatrième place en championnat, au moment où la Coupe du Trône lui a échappé puisqu’il n’a pu dépasser le stade des demi-finales.
Au terme d’une saison en demi-teinte, les rumeurs ont fusé de partout quant à une éventuelle dissolution du club. Nombreux sont ceux qui parlent également d’une cession du club, fort d’une infrastructure sportive en très bon état, au privé, pour financer en partie la caisse de retraite de l’entreprise.
Ainsi, la question suivante se pose de plus en plus souvent dans les milieux du basket-ball national : Le TSC fera-il partie des clubs du championnat d’excellence de basket-ball la saison prochaine ? Une question d’autant plus légitime quand on revient quelques mois en arrière. L’été dernier a été marqué par la privatisation de la Régie des Tabacs, acquise par Altadis. Quelque temps après, le nouveau staff dirigeant a annoncé son intention de sacrifier la section football du TSC.
Les suites de cette annonce ont longtemps fait la une de la presse nationale, surtout après l’avortement de la fusion avec le FUS de Rabat. A l’époque, les responsables de la Régie des Tabacs, unique sponsor du TSC, avait assuré le maintien des sections qui ont l’habitude de s’illustrer sur la scène sportive nationale. Deux disciplines étaient particulièrement concernées : le basket-ball et les échecs. Mais au bout d’une saison, ces positions ont-elles évolué ? Le président de la section basket-ball du TSC, Abdellatif Hatim, dément catégoriquement ces rumeurs, même s’il laisse entendre que seul le président du comité directeur du club est apte à répondre à cette question.
« Tout ce que je peux vous dire pour le moment est que le TSC est un club qui évolue toujours en division excellence du championnat de basket-ball», explique-t-il. Et de commenter : «Les informations qui se sont multipliées ces derniers temps sont de la spéculation pure et simple». Le président du TSC a également précise que si dissolution ou cession y a, elles se passeront «le plus normalement du monde».
Quant à la tenue de l’assemblée générale du club, M. Hatim a estimé que tous les clubs du championnat national disposaient d’un délai d’un mois après la fin de la saison pour tenir leur assemblé. «Or, le championnat ne s’est toujours pas terminé».
«Cette situation d’incertitude empêche le staff technique de préparer la saison prochaine dans les meilleures conditions », estime pour sa part M. Haddani, coach du TSC. «Nous ne savons même pas si on doit recruter de nouveaux joueurs en perspective de la saison prochaine», ajoute le cadre technique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *