Le TSC surclasse le WAC

À l’issue de cette journée, deux rencontres étaient programmées. L’une à Casablanca, au complexe sportif Sidi Mohamed, et l’autre à la salle de Tanger. Pour ce qui est du derby casablancais qui a mis aux prises le TSC local et le WAC, d’entrée de jeu, il s’est avéré que la rencontre ne sera certainement pas une partie de plaisir pour les deux formations.
C’est la raison pour laquelle les joueurs sont bien dans le match, motivés et conquérants. Ils ont été touchés par les critiques qui ont suivi leur disqualification de la coupe du trône et ont à coeur de se racheter dans le but de sauver leur saison. Lors du premier quart-temps, les hommes de M’jaed et d’El Guers ont fait jeu égal avec un très léger taux de réussite pour les Tihadis qui terminent cette manche en leur faveur par 22 à 18.
Le second quart-temps, la machine tihadie débraye et passe à la vitesse supérieure grâce à son marqueur maison Hannouni que tout le public a, sans doute, apprécié son retour en force après ses graves ennuis physiques pour cause de blessure. Par contre, le WAC a accusé certaines lacunes au niveau défensif que les Jeson, Bouzidi, Toumi et Hannouni ont pu exploiter intellectuellement pour creuser l’écart et achever la première mi-temps sur la marque de 43 à 34.
De retour des vestiaires, le coach des Rouge et Blanc, El Guers, a suffisamment armé, les Ouhssikou, Ayadi, Boustout et Zangui qui ont d’emblée pris d’assaut le panier des locaux pour réduire, enfin, la marque et même arrivés à prendre le dessus par un léger point d’avance sur les Tihadis par le score de 50 à 51.
Cependant, la sortie de Aït Azizi, pour avoir totalisé cinq fautes personnelles, a eu un impact négatif sur le WAC sur le plan du rebond défensif et offensif, surtout que ce dernier était le seul à avoir rivaliser avec le Congolais Jeson.
Comme au départ, les deux formations ont persévéré dans leur tactique défensive mixte (tantôt homme à homme, tantôt défense de zone). Ce système a plutôt réussi aux coéquipiers de Boukhniss qui ont pu s’emparer de cette précieuse victoire qui donnera sûrement un nouveau souffle aux Tihadis dans les prochaines rencontres. Le derby, dans son ensemble, était passionnant, certes, mais d’un niveau juste moyen. Les meilleurs marqueurs furent incontestablement du côté TSC avec 29 points, dont deux shoots à trois points et Ayadi du côté WAC avec 22 points. Score final 74-68. À Tanger, le match qui allait opposer l’IRT au WAC n’a pas eu lieu.
Au moment où les deux équipes s’échauffaient, les arbitres remplissaient la feuille du match et le public encourageait, c’est le coup de théâtre à la salle, il n’y a pas d’électricité au niveau de tout le quartier. Et ce problème a constitué un handicap quant au fonctionnement du tableau de marque. Selon les responsables de la salle, aucun avis de coupure n’a été adressé par la régie autonome de distribution de Tanger. Après plusieurs heures d’attente, en vain, la partie fut reportée pour une date ultérieure.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *