Le WAC à 180 minutes du rêve

Le WAC de Casablanca est tout près du rêve. Celui de remporter le trophée de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupes, dont il disputera la finale aller samedi soir au Complexe Sportif Mohammed V. Les Rouge et Blancs sont encore tout auréolés de leur récente victoire en finale de la Coupe du Trône remportée (1-0) face au Moghreb de Fès (MAS) à Rabat. De même, ils restent sur une victoire (1-0) en championnat au détriment du Tihad Sportif de Casablanca (TSC).
Tout le monde se souvient de la fabuleuse partie qu’avaient fournie les Rouge et Blanc en demi-finale retour au Stade de Rouiba, face à l’USM d’Alger. Une demi-finale qui s’était achevée sur le score de deux buts partout, un résultat qui avait permis aux Casablancais de se qualifier à la différence des buts. Les deux équipes s’étaient séparés sur un nul vierge (0-0) en match-aller.
Les supporters casablancais et marocains en général attendent du WAC qu’il réalise une bonne partie et un score qui le mettrait à l’abri de toute mauvaise surprise en match retour. Ce ne sera certes pas chose aisée vu que les Ghanéens sont de sérieux clients, pratiquant un football de très bonne facture. Dotés d’une bonne technique et d’une bonne condition physique, les joueurs de l’Asante Kotoko ne se laissent pas facilement manoeuvrer et peuvent se montrer dangereux même évoluant hors de leurs bases.
Jarmouni, Talha, Louissi, Abrami, Khamma, Erraji, Boujemaâ et leurs coéquipiers sont prévenus. Un Aït Laârif et un Bahfid inspirés peuvent, à eux seuls, faire la différence. Les Wydadis doivent être en pleine possession de leur football pour pouvoir surclasser une formation très technique, robuste et aguerrie aux joutes africaines. Pour cela, les hommes d’Oscar Fullone devront développer le jeu qui est le leur dans les grandes occasions. Et qui, jusqu’à présent, ne leur a jamais fait défaut. Ils espèrent aussi que le fidèle public du Complexe Mohammed V sera au rendez-vous pour les aider à se transcender et les porter vers une victoire, qu’ils espèrent la plus large possible.
Tactiquement, le 3-5-2 prôné par Fullone pourrait s’avérer payant si les Rouge et Blanc respectent à la lettre les consignes de leur coach, qui est, lui aussi, un habitué des grandes finales continentales. L’heure est actuellement aux derniers réglages et du côté du WAC, on affirme être serein et confiant, sans pour autant verser dans l’optimisme béat. La bataille ne sera pas facile, mais le WAC s’est toujours tiré des situations difficiles. Et là, le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *