Le XV de France reconduit contre l’Angleterre

Les quinze joueurs qui avaient commencé le quart de finale, remporté face à l’Irlande (43-21) le 9 novembre, ont été reconduits. La même équipe avait été alignée face à l’Ecosse (51-9), lors d’un match de la première phase, le 25 octobre à Sydney. En revanche, quatre modifications concernent le banc des remplaçants. David Auradou prend la place d’Olivier Brouzet, rentré en France après avoir été victime d’une luxation de l’épaule droite face aux Irlandais. Clément Poitrenaud supplée Pépito Elhorga, reparti pour la semaine en raison d’un deuil familial. « Ces deux changements sont dictés par les circonstances », a souligné Bernard Laporte, l’entraîneur du XV de France, qui a précisé que, en cas de blessure d’un ailier, Poitrenaud, habituel arrière, occuperait le poste. « Ce serait une première pour moi de jouer ailier. Je n’ai pas le souvenir d’avoir occupé ce poste en match officiel au Stade Toulousain. Je vais redoubler d’attention aux entraînements », a commenté le joueur. Christian Labit succède à Patrick Tabacco comme troisième ligne de réserve et le centre Damien Traille sera remplaçant à la place de Brian Liebenberg. « Le choix de Christian Labit est logique, a justifié Laporte. Contrairement aux Irlandais, les Anglais ne s’appuient que sur deux sauteurs en touche. Cela ne sert donc à rien d’avoir quatre sauteurs dans les 22 (15 titulaires et 7 remplaçants). En plus, quand les Anglais font rentrer des joueurs autour de la 60e minute, nous aurons besoin d’un individu capable de rivaliser avec eux sur le plan de la puissance ». Concernant le retour de Traille, remis d’une entorse aux cervicales, dans le groupe des 22, l’entraîneur du XV de France a souligné que cela permettrait de faire vivre le groupe. « Il faut entretenir une certaine concurrence. Brian n’a pas été supérieur aux autres lorsqu’il est entré en jeu face aux Irlandais, a-t-il estimé. Le retour de Damien est logique ». « Lorsque j’ai quitté le groupe pour le match face aux Irlandais, j’ai été très déçu, mais je me suis efforcé de ne rien lâcher », a souligné Traille, qui avait accumulé 24 sélections consécutives entre novembre 2001 et août 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *