L’Egypte remporte la CAN grâce à la rigueur de ses joueurs

L’Egypte remporte la CAN grâce à la rigueur de ses joueurs

L’Egypte a réalisé son sixième sacre dimanche lors de la finale de la 26e  édition de coupe d’Afrique des nations qui l’a opposée aux Lions du Cameroun. A quelques minutes du sifflet final de l’arbitre, plus précisément à la 76e, c’est le génial Abou Treika, meneur de jeu adulé dans son pays, qui a offert ce nouveau sacre à ses coéquipiers, profitant d’une erreur monumentale de la défense camerounaise et surtout du vieillissant capitaine Rigobert Song pour battre Kameni après un service en or de Zidan (72e). L’Egypte, d’après les observateurs, est  désormais «la bête noire » du Cameroun. Les deux équipes se sont affrontées pour la dixième fois dans leur histoire à la CAN et avaient, avant cette finale, le chiffre trois en commun, tant au nombre de victoires, de matches nuls que de défaites. Les Camerounais  avaient certainement à l’esprit que ces mêmes égyptiens leur avaient barré le chemin du Mondial. Alors qu’ils n’avait besoin que d’un match nul pour assurer leur présence en Allemagne. Les co-équipiers de Samuel Eto’o, triple Ballon d’or africain, ont été battus devant leur public par 2-1 à Yaoundé, lors de la dernière journée de qualification. Les Camerounais, quadruples champions d’Afrique (1984,1988,2000,2002) avaient à cœur de prendre leur revanche face à l’Egypte qui les a battus au premier tour par le score de (4-2).  La première grande occasion de cette rencontre finale, intervenu à la 18e, a été l’œuvre de Mohamed Abou Treika, lorsqu’il a réussi à percer  la défense indomptable mais le portier Idris Carlos Kameni est  intervenue au bon moment et parvient à sauver sa cage. En dépit des tentatives des deux camps, la première mi-temps du jeu s’est achevée par un score neutre. Après la pause, les hommes d’Otto Pfister ont fait preuve d’une grande combativité, mais le mental et le cœur, ou le coaching de Pfister (titularisations surprises de Nkong et d’Epalle) n’ont pas suffi et les défauts de la sélection camerounaise, notamment en défense, sont réapparus subitement au grand jour. L’Egypte a logiquement imposé sa loi en finale de cette CAN à un Cameroun beaucoup trop limité, se succédant à elle même au palmarès et remportant un sixième titre qui confirme son hégémonie sur l’Afrique. Pour le Cameroun, cette sortie laisse un fort goût amer.
Laborieux et empruntés, les lions avaient petit à petit retrouvé leur âme et leur vaillance pour battre en quart de finale la Tunisie à la prolongation (3-2) puis éliminer le Ghana, pays organisateur en demi-finale. Les Lions mettent tout de même fin à deux ans de disette marqués par une CAN-2006 terne (élimination en quart de finale) et une non-participation au Mondial-2006. Une bien maigre consolation même si aucune équipe n’était véritablement en mesure d’arrêter la marche triomphale des Pharaons vers les sommets. Plus modérée, Corry Denguemo, une artiste-chanteuse locale avec un foulard aux couleurs nationales sur la tête, se félicitait en revanche de la prestation des footballeurs camerounais, «une bonne équipe qui est tombée sur sa bête noire».


Palmarès de la CAN 


1957: Egypte
1959: Egypte
1962: Ethiopie
1963: Ghana
1965: Ghana
1968: Congo-Kinshasa
1970: Soudan
1972: Congo
 1974: Zaïre
 1976: Maroc  
1978: Ghana
1980: Nigeria
1982: Ghana
1984: Cameroun
1986: Egypte
1988: Cameroun
1990: Algérie
1992: Côte d’Ivoire
1994: Nigeria (en Tunisie)
1996: Afrique du Sud
1998: Egypte
2000: Cameroun
2002: Cameroun
2004: Tunisie
2006: Egypte
2008 : Egypte.

                                                            

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *