Lembarki qualifié pour jouer avec son nouveau club

A la suite de la décision du président de l’Union Arabe de football (UAF), le prince Soltane Ibn Fahd, d’amnistier tous les joueurs et cadres administratifs et techniques suspendus, l’international marocain Bouchaïb Lembarki pourra disputer le championnat arabe des clubs, qui se déroule actuellement à Jeddah.
Lembarki avait été suspendu jusqu’à la fin de la coupe Arabe des nations de football qui s’était déroulée au Koweït du 16 au 30 décembre dernier pour avoir protesté énergiquement contre l’arbitrage du referee émirati Mohamed Omar lors de la rencontre Maroc-Soudan (0-1) mais aucune autre sanction n’a été prise par la suite, rappelle-t-on. Par ailleurs, les clubs engagés dans ce championnat ne peuvent inscrire sur leur liste que trois joueurs étrangers recrutés pour une durée de trois mois nonobstant les dates du début ou de la fin de ces contrats tant que ceux-ci couvrent la période du championnat, a indiqué le secrétaire général de l’UAF, Othman Saâd, lors d’une conférence de presse en marge du championnat organisée par le club saoudien de l’Ittihad de Jeddah. L’Union, a-t-il ajouté, ne reconnaît pas le système de prêt et a décidé de porter à vingt quatre le nombre de joueurs pour chaque équipe conformément aux recommandations de l’assemblée générale de l’union avec la possibilité de convoquer un autre gardien de but en cas de blessure du titulaire du poste.
Les joueurs recrutés après le 24 janvier ne seront pas autorisés à jouer dans ledit championnat alors que les cartons jaunes du premier tour ne seront pas comptabilisés pour les équipes qualifiées pour les demi-finales.
Concernant le contrôle anti-dopage, le secrétaire général a indiqué que le coût élevé de ces contrôles a empêché leur mise en oeuvre d’autant plus que le temps ne permettait pas de se conformer aux normes internationales mais ces contrôles pourraient être effectifs à partir des demi-finales. Et le secrétaire général de conclure que l’union Arabe, «qui était très préoccupée par l’état des stades au Maroc suite aux inondations qu’a connues le Royaume, n’avait que deux choix, soit organiser ce championnat dans un autre pays ou le reporter ce qui, dans ce cas, pourrait avoir des répercussions sur les championnats arabes et les vouer à l’échec».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *