Lens rejoint le Paris SG en finale

Lens rejoint le Paris SG en finale

Mardi soir, dans la première demi-finale, le club de la capitale s’est qualifié en dominant (3-2) Auxerre au Parc des Princes. C’est Sidi Keita qui, d’une frappe lointaine, a inscrit le but victorieux des Lensois alors qu’il restait deux minutes à jouer dans la deuxième prolongation. Mais avant cet épilogue qui permet à Lens de retrouver la finale, neuf ans après son unique titre en coupe de la Ligue (1999), les spectateurs sarthois ont pu assister à un match de toute beauté et au scénario incroyable. Avant de s’imposer, Lens est en effet revenu deux fois au score en première période (2-2) puis a mené de deux buts au milieu de la seconde période avant de se faire rejoindre et d’être poussé à disputer les prolongations. Sur un terrain rendu glissant par la pluie incessante, ce qui incitait les acteurs à la prudence, il y avait un long round d’observation. Tout s’animait après vingt minutes de jeu quand Le Mans ouvrait le score par Gervais Gervinho, servi d’une talonnade par Hassan Yebda (22e). Jamais battu à domicile cette saison quand il avait ouvert la marque, le club sarthois se faisait pourtant assez vite remonter par des Lensois bien restés dans le match. Cette égalisation intervenait sur un coup-franc lointain d’Eric Carrière que Tulio de Melo, l’attaquant brésilien du Mans, en voulant dégager déviait involontairement du tibia dans ses propres filets (37e). Ensuite le match s’emballait. En jouant vite un coup-franc à trente mètres du but, Stéphane Séssegnon pouvait alerter Gervinho sur la droite. Le joueur ivoirien crochetait le portier artésien Ronan Le Crom sorti à sa rencontre et centrait pour Yebda qui s’appliquait pour marquer la cage désertée (44e). La-dessus, les Manceaux se relâchaient. Nadir Belhadj en profitait pour percer côté gauche et centrer impeccablement pour Loïc Rémy dont la reprise de volée fusillait Yohann Pelé (45+1). Dès la reprise, Matsui expédiait une remise de la tête au ras de la lucarne (47e) mais c’est Lens qui, peu de temps après, prenait l’avantage pour la première fois de la partie. Belhadj intenable sur la gauche centrait, Grégory Cerdan manquait son intervention, et Aruna Dindane opportuniste surgissait pour tromper Pelé du pied gauche (52e). L’attaquant nordiste n’avait plus marqué depuis le 8 décembre dernier et justement la victoire du Mans à Lens. Lens continuait d’avoir la main sur le match et arrivait assez logiquement à augmenter son avance. Sur un centre de Rémy, Olivier Monterrubio décochait une superbe reprise de volée. Pelé se couchait et parvenait à écarter la balle. Mais celle-ci, qui heurtait le montant, revenait traîtreusement rebondir dans le dos du gardien manceau avant de rentrer dans la cage (64e). Pour les Manceaux qui rêvaient d’une première finale pour leur troisième demi-finale consécutive, la cause semblait entendue et le sort avoir choisi son camp. Pourtant, à la surprise générale, Le Mans recollait au score en deux minutes sur deux buts de Matsui (66e) et De Melo (67e). Par la suite, les deux équipes essayaient en vain de faire la différence mais ne pouvaient éviter de disputer les prolongations. Le rythme ne baissait pas au début de celles-ci. Pelé puis Le Crom sauvaient successivement leur équipe (96e et 100e) mais Lens avait le dernier mot sur une frappe de Sidi Keita que Pelé ne pouvait qu’effleurer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *