L’entraîneur Abdelhadi Sektioui quitte l’Olympic de Safi

L’entraîneur Abdelhadi Sektioui quitte l’Olympic de Safi

C’est sur un ton désolant que l’entraîneur de l’Olympic de Safi, Abdelhadi Sektioui  a exprimé son mécontentement quant à la situation que vit son équipe depuis près de trois mois. Le club passe en effet, selon ce technicien, d’une véritable crise qui influence nettement sur ses résultats. Contacté par ALM, Abdelhadi Sektioui a déclaré que  «J’ai décidé de démissionner de mon poste d’entraîneur de l’équipe, c’est une décision qui est irrévocable. Depuis plus de trois mois, les joueurs n’ont pas perçu leurs salaires. Je ne vois pas comment ils pourront jouer et contribuer à la réussite et au rayonnement du club s’ils ne possèdent pas les moyens pour vivre». Parmi les raisons qui ont été derrière la décision de Sektioui, le manque d’effectif  au sein du club que ce soit au niveau des joueurs ou du staff technique et médical. Le groupe évolue actuellement avec 18 joueurs au lieu de 22.  Sektioui a rejoint l’équipe lors de la précédente saison, 2007-2008, en vue d’y insuffler un nouveau souffle et aussi pour réaliser de bonnes performances, mais «le manque d’équipements, des moyens financiers et humains handicapent la bonne marche de l’équipe», renchérit M.Sektioui. Le président du club safiot, Khaldoune El Ouazzani, a précisé à ALM quant à lui, jeudi dernier qu’il n’avait reçu aucune demande de démission de la part de Sektioui et que celui-ci ne se plaignait pas. «Nous sommes en train de chercher de nouveaux éléments pour renforcer notre arsenal et l’entraîneur du club n’a pas manifesté expressément son désir de quitter le club», a ajouté M. El Ouazzani. À une question sur les performances qu’a réalisées l’équipe à ce stade du championnat, le président du club a considéré que «les résultats de cette année étaient nettement meilleurs que celles de l’année dernière. Rappelons que lors de la dernière saison (13 ème journée), l’équipe n’avait à son compteur que six points». Le club se trouve aujourd’hui au milieu de tableau avec  15 points devant le Chabab Mohammédia, le KAC, le Mouloudia d’Oujda et la Jeunesse Al Massira. Des clubs qui viennent à leur tour de changer d’entraîneur. Le club de la Jeunesse Al Massira vient de désigner Fakhreddine Rajhi en remplacement de Abderrazak Khayri.  Le Mouloudia d’Oujda a fait appel aux services de Aziz Kerkach après qu’il ait quitté le KAC qui est actuellement aux mains de Abdelkader Youmir. Alors, peut-on dire que la valse des entraîneurs au championnat national est repartie ? ou que les équipes moyennes du milieu et du bas de tableau ont du mal à se retrouver face à des grandes équipes.
Nous remarquons que malgré quelques problèmes en relation notamment avec les résultats ou de communication, des équipes comme le Raja, le Wydad  ou L’Olympique Khouribga ne se sont pas séparées de leurs entraîneurs. Le problème de financement ne se pose, peut-être pas pour ces équipes. Et c’est ainsi que les ressources financières, dont bénéficient ces clubs, ont un impact primordial sur la continuité de l’équipe dans les diverses compétitions au niveau national, continental ou international.
Un constat demeure toutefois le même, pour tous les entraîneurs, c’est la victoire qui garantit la sécurité de l’emploi et chaque fois qu’une équipe se retrouve en décadence, ce sont les entraîneurs qui paient.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *