«L’équipe est confrontée à un problème d’infrastructures»

ALM : La saison dernière, le Raja  n’a pas joué les grands rôles au championnat. Cette année, il revient en force, qu’est-ce qui explique cette montée en puissance ?
Abdelhak Zaoui : Notre équipe a remporté le titre du championnat du Maroc deux années de suite, en 2005 et 2006. On ne pouvait pas maintenir les commandes de la compétition pour une troisième saison. Même à travers le monde, rarement qu’une équipe arrive à s’installer trois années consécutives en tête du championnat national.  L’année dernière a été une année de préparation. L’absence de la majorité des joueurs était aussi une des raisons principales derrière cette piètre prestation. Nos joueurs étaient prêtés aux divers clubs de première division.

Lors du dernier match contre le WAC, votre équipe a pu enregistrer un écart de vingt-quatre points. Est-ce que vous vous attendiez à cette large victoire ?
Oui, je m’y attendais. Je l’ai même avancé aux joueurs, à maintes reprises. Les compétences dont bénéficie notre équipe en ces temps sont considérables si on les compare avec celle du WAC. L’équipe posède les meilleurs joueurs nationaux. Cela ne veut pas dire que notre présence en finale est acquise, même avec un écart aussi important rien n’est encore fait. La demi-finale retour sera décisive. Côté préparatifs, les joueurs sont concentrés, préparés et conscients de la responsabilité qui est à leur charge. Sachant que le public casablancais est impatient de revoir le derby qui s’annonce chaud. 

Est-ce que le Raja ne regrette pas le départ de Mustapha El Khelfi ?
Non, pour la simple raison que notre équipe est connue par la formation de grands basketteurs au niveau national. Ceci-dit, la relève est assurée. Pour ceux qui ne le savent pas, cela fait trois ans que El Khelfi ne joue plus avec les Verts, bien avant qu’il rejoigne l’équipe du détroit. Nous avons gagné le championnat en l’absence de Mustapha, qui est d’ailleurs, un pur produit rajaoui. J’ai essayé de le retenir, mais la décision finale lui revient. A présent, nous avons de nouveaux talents à l’instar de Najah Abderrahim et Msaidia Adnane. Le Raja  produit chaque année des basketteurs qu’on retrouve dans la sélection nationale. Le club est désormais une école. Toutefois, nous sommes confrontés à un sérieux problème d’infrastructures. Le club est le seul au Maroc qui n’a pas de salle. 

Un seul match vous sépare de la finale de la Coupe du Trône, comment le voyez-vous surtout que le WAC ne sera pas une proie facile?
Je considère que nous avons gagné la première mi-temps de la demi-finale. Il nous reste encore la deuxième prévue pour le 23 mars au Complexe sportif Mohammed V. Nos joueurs doivent oublier la victoire enregistrée à l’aller et faire comme si, au contraire, ils avaient perdu pour assurer la qualification en finale. C’est une rencontre qui s’annonce déjà difficile. Du côté du championnat, nous recevrons les Tangérois samedi prochain. Nous sommes classés deuxièmes à un point d’écart des nordistes. J’espère que la rencontre à domicile nous sera bénéfique. C’est une bonne occasion pour reprendre les commandes du classement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *