Les Africains de la Coupe du Monde

Après les fastes de la cérémonie, tenue devant des milliards de téléspectateurs ce sera un match entre «cousins » francophones et une histoire de destins croisés. Le Sénégal, qui figure en groupe « A », vit un véritable contre de fée. L’équipe, entraînée par le Français Bruno Metsu, aura comme premier opposant la France, tenant du titre. Ce sera lors du match inaugural, le 31 mai à Séoul. Il y aura du frisson dans l’air. N’importe quelle autre équipe aurait été atterrée de tomber dans un groupe de tous les dangers où figurent aussi l’Uruguay, double champion du monde (1930 et 1950) et le Danemark, vainqueur de l’Euro-92. Mais, quand il s’agit du football, tout reste possible. Le Sénégal, l’un des quatre petits nouveaux du Mondial, en est conscient et, affiche de grandes ambitions. « Dans ce groupe, derrière la France, tout est possible. Nous avons un gros mental et il nous faut penser à jouer avant tout », a déclaré Bruno Metsu.. Le leader de l’équipe de France, Zinedine Zidane s’attend pour sa part à un match très physique entre les deux équipes. « Ce sera un match physique. Nous savons comment jouent les équipes africaines. Le Sénégal n’a jamais disputé de match de Coupe du monde, ce match d’ouverture sera donc très important pour lui », a déclaré Zidane. Si le mondial est celui des grandes espérances pour le Sénagal, le sort a été sans pitié pour le Nigeria. L’équipe se retrouvera au Japon et aura affaire à l’Argentine, l’Angleterre et la Suède, dans le groupe « F », véritable « groupe de mort ». Après avoir lutter jusqu’au dernier souffle contre le Liberia pour décrocher leur qualification, les « Super-Eagles » qui sont à leur troisième Mondial consécutive, tenteront de faire aussi bien qu´en 1994 et 1998, éditions au cours desquelles ils avaient atteint les 8e de finale. Avec des éléments d´expérience évoluant tous dans les plus grands clubs européens tels que Nwankwo Kanu (Arsenal), Sunday Oliseh (Borussia Dormund), Augustine Okocha (PSG) et Celestine Babayaro (Chelsea), les Nigérians sont capables de rééditer le « coup » de 1998 en France où ils avaient barré la route aux Espagnols. Champion sortant d’Afrique sortant et champion olympique, le Cameroun, fort de son statut, se présente comme le co-favori du groupe E avec l’Allemagne, la République d’Irlande (Eire) et l’Arabie Saoudite. Les « Lions indomptables » ont réalisé la meilleure performance d’une équipe africaine en phase finale, en atteignant le quart de finale contre l’Angleterre en Italie en 1990. Entre la réputation de l’Espagne et la solidité des Paraguayens, l’Afrique du Sud semble, a priori, avec la Slovénie l’une des deux petites équipes du groupe B. Les Bafana Bafana n’oublieront pas cependant que les Espagnols sont les champions du monde des matches de qualification mais qu’ils ont toujours de grosses difficultés en phase finale. La Tunisie, qui n’a pas fait grande impression au Mondial-98, est tombé dans le groupe H des parfaits outsiders avec le Japon, la Russie et la Belgique. Quatre mois avant le coup d’envoi du rendez-vous planétaire, fête en continu des inconditionnels de la balle ronde, les cinq grands d’Afrique auront à faire leur preuve au cours de la Coupe d’Afrique des nations. Le match Sénégal-Tunisie à Kayes (Mali) le 31 janvier, en avant goût d’Asie, fait d’ores et déjà parler de lui.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *