Les Ahansal fêtés à Casablanca

Ahansal. Un nom qui se confond aisément avec le Marathon des Sables. Et pour cause, cela fait près de sept ans que les deux frères Lahcen et Mohamed dominent cette compétition athlétique qui a lieu chaque année dans le Sahara marocain. L’aîné, Lahcen, a remporté cette compétition à six reprises, en 1997, 1999, 2000, 2001 et 2002. Le cadet, Mohamed, n’a réussi à monter à la plus haute marche du podium qu’en 1998. Cette dynastie des Ahansal a été fêtée mercredi soir à Casablanca. Lors de cette réception, Lahcen a reçu le prix de son tout dernier sacre, celui de la 18ème édition du Marathon des sables, qu’il a remporté devant son frère vainqueur de trois étapes. Lahcen a bouclé les six étapes de l’épreuve en 18h56min, devançant son frère de trois minutes seulement. Le troisième marocain sur le classement général, Hassan Oulmyr, a été relégué à 1h23min du vainqueur. Chez les dames, le titre est revenu à la Française Magali Juvenal qui a couru les six étapes en 31h59min, suivie de l’Américaine Ruth Marie Milliman à moins de quatre minutes. Les prix reçus mercredi sont certes importants, mais les deux Ahansal ont déjà les yeux fixés sur la 19ème édition du Marathon des Sables qui aura lieu du 9 au 19 avril de l’année prochaine. Et le sextuple vainqueur de l’épreuve vise un huitième titre et ne s’en cache pas. On dirait qu’il en va de l’honneur de la famille. Une hégémonie de presque dix ans ne peut pas être mise en péril. En tout cas, pas tant que Lahcen et Mohamed ont la capacité de sillonner le désert. A 31 ans, Lahcen s’entraîne depuis quelques mois avec son frère Mohamed en prévision du prochain marathon pour récupérer sa forme et atteindre le niveau escompté pour être fin prêt. Le programme de préparation comprend parfois deux séances par jour, et ce dans l’objectif de peaufiner sa condition physique et mieux s’affûter pour ne laisser aucune chance à ses concurrents et signer une sixième victoire consécutive, a-t-il précisé dans des propos relayés par l’agence MAP. La 18ème édition de cette manifestation d’endurance qui a élu domicile dans le Sahara marocain a été une grande réussite, ont tenu à préciser les organisateurs. L’édition avait fait le plein des participants avec 633 engagés de 32 nationalités qui avaient disputé les 242 kilomètres répartis en six étapes en autosuffisance alimentaire et portant un sac à dos d’au moins 5 kg. Les participants devaient, à plusieurs reprises, franchir des dunes pouvant atteindre 300m sous des températures allant jusqu’à 50°. Ce marathon est donc une course de gestion. Les concurrents n’ont qu’une semaine pour gérer leurs efforts, leur alimentation et leurs besoins hydriques. Par la nature des terrains traversés, l’organisme dans son ensemble est mis à haute contribution. C’est que l’aventure est d’exception, et à tous les niveaux. Se surpasser devient une nécessité pour pouvoir boucler les différentes étapes, ce qui demeure un exploit en lui-même. Treize coureurs marocains ont pris part au 18ème marathon. Aux côtés des Ahansal, habitués aux feux des projecteurs en raison de leurs successifs parcours sans fautes, existe un autre Marocain dont le nom est depuis longtemps inscrit dans les annales de cette discipline. Brahim El Jaoual est, en effet, le seul à avoir participé à toutes les éditions. Depuis 18 ans, ce retraité de 66 ans a toujours tenu à prendre part à la manifestation. Un exploit qui est une preuve de plus qu’on peut à tout âge, avec patience, effort, rigueur et motivation aller au bout d’un rêve comme cette belle aventure et en sortir grandi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *