Les athlètes marocains classés 6ème

Cette compétition mondiale a réuni les meilleurs espoirs africains en athlétisme. Les athlètes d’une vingtaine de pays africains ont pris part et ont déployé leurs énergies
Pour se classer parmi les meilleurs du continent dans les 18 disciplines prgrammées lors de cette édition d’Ouagadougou, le Maroc s’est emparé de la sixième place au classement général. Et il été représenté par une équipe composée de 17 athlètes, a eu trois médailles d’or, cinq médailles d’argent et trois médailles de bronze. C’est dans les épreuves techniques que nos jeunes champions et championnes ont pu monter sur le podium. Et ce sont les filles qui  ont fait preuve de beaucoup de courage et qui ont eu le plus grand nombre de consécrations. Sur les sept filles participantes, six ont pu remporter des médailles. Ainsi, Yamina Hajaji a réalisé un doublé en remportant deux médailles d’or, la première médaille est décrochée  au triple saut et la seconde au saut de longueur.
Meryem Ouahbi, pour sa part, s’est adjugée la médaille d’argent au saut en hauteur tout comme Hayat Lambarki qui a terminé deuxième aux 400 m haies et Halima Hachlaf qui a, elle aussi, occupé la seconde place dans l’épreuve du 800 m. Toujours chez les dames, Halima Hachlaf a monté la troisième marche du podium à l’épreuve du 1500 m et Fadwa Adili a remporté la médaille de bronze au 100 m. Côté messieurs, Karim El Mafhoum s’est emparé de la médaille d’or en Perche alors que Mouhssine Cheaouri s’est classé troisième dans la même épreuve.
Enfin, Khalid Zougari Idrissi, lui, a remporté deux médailles d’argent (100 et le 200 m). «Nos athlètes se sont distingués dans les compétitions techniques, s’agissant du triple saut, du saut en longueur, saut en hauteur, la course des 400 m haies, les 100m, les 200m et la perche. Ceci est très encourageant, parce qu’avant, la fédération ne motivait que les athlètes des demi-fonds et l’on s’est distingué mondialement.  Actuellement, au début de l’année 2007, on a décidé d’avoir un athlétisme complet. Le fait de se distinguer dans ces disciplines est une grande consécration pour l’athlétisme national, parce qu’ il n’y avait pratiquement personne qui représente le Maroc au niveau des compétitions internationales»,  souligne Mustapha Aouchar, directeur technique National. Et d’ajouter,
«Ce qu’il faut savoir, c’est que le niveau de l’athlétisme africain est très élevé surtout dans les courses des 800 et 1000 m. C’est carrément le niveau mondial. Il faut encore travailler pour pouvoir assurer la relève. C’est un travail de longue haleine. Détecter les jeunes talents n’en est que le début. Il faut ensuite les encadrer, les orienter pour qu’ils puissent évoluer et atteindre ainsi le niveau international. On espère, toutefois, que le Maroc retrouvera bientôt ses galons d’antan», a -t-il déclaré.
Selon Aouchar, la Fédération royale marocaine d’athlétisme, dans un souci d’assurer la relève en athlétisme, a organisé dernièrement un stage de trois semaines, un stage d’évaluation pour recruter de jeunes talents.
Pour renforcer les demi-fonds, le sprint et les compétitions techniques, la fédération a choisi 44 athlètes des meilleurs éléments du championnat scolaire et  du championnat civil national, cadets et juniors. Ces 44 athlètes garçons et filles  spécialisés dans toutes les disciplines d’athlétisme, évolueront à l’institut national d’athlétisme.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *