Les bleus, bête noire des brésiliens

Les bleus, bête noire des brésiliens

Un chat échaudé craint l’eau froide. Mais attention, il ne faut pas que cette crainte se transforme en phobie car on risque d’y replonger. C’est ce qui vient de se passer pour l’équipe brésilienne battue une fois de plus par une équipe de France qui monte en puissance.
À Francfort, c’était le retour en force de la sélection "Black Blanc Beur", critiquée pour ses débuts peu flatteurs au premier tour. Les Bleus ont surpris en dominant les coéquipiers de Ronaldo. Ils ont imposé le rythme de jeu, et un but leur a suffi pour surclasser les quadruple champions du monde. Entre un redoutable Thierry Henry, un infatigable Ribéry et un implacable Zinedine Zidane, la défense brésilienne a beaucoup souffert lors de ce quart de finale.
Les hommes de Raymond Domenech ont ainsi réédité une page de l’histoire. Celle de 1986, mais à la manière de 1998. À un moment où peu de gens croyaient à leur victoire, les Bleus réalisent l’exploit. Ils se sont montrés solidaires et animés d’une volonté de fer. Pour le maestro Zinedine Zidane, la retraite peut attendre puisque le chemin vers Berlin est désormais tracé.
Pourtant au début de la rencontre, les Brésiliens ont vite passé à l’offensive en s’emparant du ballon. Le premier quart d’heure a été brésilien. À peine dix minutes de jeu, la Seleçao a lancé un avertissement aux Bleus lorsqu’un coup de tête de Ronaldo passe au-dessus des filets de Barthez. Mais les Bleus ont aussitôt réagi en cassant le rythme.
En effet, le sélectionneur Raymond Domenech a mis en place un véritable dispositif pour étouffer l’attaque brésilienne. Une défense impénétrable que Ronaldo, Kaka et consorts n’ont pas pu percer. Dans ce match, les occasions n’étaient pas légion. Mais la domination française était nettement visible surtout au milieu de terrain. Les Brésiliens ont eu du mal à trouver une brèche. Malgré son fort potentiel défensif, la formation brésilienne a été incapable d’atteindre les filets du gardien français ou du moins le menacer. Le quatuor de rêve formé par les deux milieux excentrés Kaka (à droite) et Ronaldinho (à gauche) et les attaquants Ronaldo et Adriano a perdu sa magie.
D’ailleurs, Ronaldinho était quasiment absent durant ce match et semblait asphyxié par la ligne défensive de l’entraîneur francais. Pour Ronaldo, son poids (90kg) semble lui poser problème. En effet, pour assaillir la forteresse des Bleus, il fallait agir vite. Or, Ronaldo trouvait des difficultés à se déplacer sur le terrain. Ainsi, il cherchait désespérément à pénétrer dans le carré dix-huit pour décrocher un penalty. 
Côté défensif, le joueur brésilien Lucio s’imposera comme une barrière défensive entre Thierry Henry et la surface d’opération.
En seconde période, la donne n’a pas changé. Les Bleus toujours dominant. Et c’est sur un coup franc tiré par le chef d’orchestre Zinedine Zidane que Henry a réussi à ébranler les filets du gardien brésilien (57).
En demi-finale, la France se frottera mercredi au Portugal, comme à l’Euro-2000, remporté par les Bleus. Cette victoire face au Brésil a permis un gain de confiance pour la sélection française. Après la défaite méritée de la Seleçao, une chose est sûre : la Coupe du monde est de retour au vieux contient.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *