Les dribbles de l’avocat de Barthez

Les dribbles de l’avocat de Barthez

Après la condamnation de Fabien Barthez pour avoir insulté et craché sur l’arbitre Abdallah El Achiri, son défenseur confie également qu’il "va exercer un certain nombre de recours". "On n’exclut pas d’aller devant le juge administratif. On va aller partout parce qu’on atteint un raz-de-marée de désinformation, d’erreurs en tous genres sur le plan juridique", ajoute Me Pech de Laclause, qui étudie également la possibilité de saisir le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). "Fabien Barthez avait parfaitement le droit d’avoir un sursis, estime Me Pech de Laclause. Il est choquant de lire et d’entendre que les règlements de la Fédération française (FFF) prévoient, dans le cadre d’un crachat à l’encontre d’un arbitre de football, une peine de six mois “incompressible+.” “Par voie de conséquence, ajoute-t-il, la commission centrale de discipline qui a sanctionné Fabien Barthez l’aurait favorisé et, en le favorisant, aurait favorisé l’équipe de France quant à ses futurs matches…”
"Les règlements fédéraux permettent que toute sanction, quelle qu’elle soit, soit assortie de sursis, affirme encore l’avocat.
Dans un pays comme le nôtre, un principe de peine incompressible est contraire aux droits de l’Homme et aux principes fondamentaux de notre droit. C’est d’ailleurs pour cela qu’en juillet 2004, a été introduit dans les règlements de la FFF une annexe 2 prévoyant que le sursis puisse assortir toutes les peines, quels que soient les actes." "Cette sanction de six mois de suspension, dont trois mois de sursis, est (donc) parfaitement conforme aux règlements fédéraux en dépit du discours largement répandu qui n’est ni plus ni moins que de la désinformation", déclare Me Pech de Laclause.
L’avocat estime également qu’on ne peut juger le crachat de Barthez hors de son contexte: "Les joueurs marseillais se sont fait agresser par leurs adversaires devant Fabien Barthez, leur capitaine, qui était sur le banc de touche. Celui-ci a progressivement été excédé par l’absence totale de réaction de l’arbitre, et par l’absence de direction du match de la part de celui-ci", a-t-il expliqué. "Il l’a vertement fait savoir à l’arbitre qui n’a pas réagi en arbitre mais l’a insulté. C’est en réaction à ces insultes que Fabien Barthez a craché sur l’arbitre", a souligné Me Pech de Laclause. "Cet acte n’est certes pas excusable, il est répréhensible, mais en l’occurrence Fabien Barthez doit bénéficier de circonstances atténuantes. C’est ce qu’ont compris les 17 membres de la commission qui l’ont jugé et parfaitement jugé", conclut l’avocat. Après l’annonce de la sanction de la commission de discipline, vendredi matin, la FFF avait décidé, dans l’après-midi, de faire appel, estimant qu’il existait un "décalage" entre les sanctions minimales prévues par ses règlements et la peine infligée au gardien des Bleus. Cet appel sera examiné par la commission supérieure d’appel de la FFF, vraisemblablement entre le 9 et le 13 mai. En cas de saisine du CNOSF par l’avocat de Fabien Barthez, il reviendrait au CNOSF de décider de suspendre ou non la décision de première instance.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *