Les Espagnols en force à Roland Garros

Le tenant du titre, Albert Costa a eu raison au troisième tour du dernier Français dans le tableau masculin, Arnaud Clément (6-2, 7-5, 7-5) en 3h 07. Tête de série n° 32, le numéro 2 tricolore, qui a cédé six fois son service, a subi la loi de l’Espagnol, physiquement irréprochable malgré ses trois précédentes rencontres jouées en cinq sets. Costa, 27 ans, était en effet le plus fort sur toutes les balles, même les amorties les plus perfides. «Je crois qu’aujourd’hui j’ai retrouvé mon niveau de jeu de l’année dernière», a déclaré le joueur catalan faisant allusion à la finale de l’édition de l’année dernière où il a eu le dernier mot face à son compatriote Juan Carlos Ferrero.
Ce dernier, chouchou incontesté du public parisien cette année, espère conquérir à Roland Garros sa première victoire en Grand Chelem. Ferrero a atteint lundi les quarts de finale aux dépens de son compatriote Felix Mantilla qu’il a battu en trois sets (6-2, 6-1, 6-1), en 1h40. Il s’agit de la septième victoire en autant de rencontres disputées contre Mantilla. Surnommé « El Rey» en Espagne, Ferrero a démontré qu’il était l’homme à battre du tournoi.
Cette saison, ce tennisman a à son actif pas moins de 25 victoires contre deux défaites seulement sur terre battue. Il a en outre remporté les tournois de Monte Carlo et Valence et a disputé les demi-finales à Barcelone et à Rome. En quarts de finale, Ferrero affrontera le Chilien Fernando Gonzalez, tête de série n°19, qui a balayé le Finlandais Jarkko Nieminen par trois sets à zéro (6-3, 6-3, 6-2). « Avec lui, vous savez que le deuxième ou le troisième coup sera un boulet de canon », a déclaré l’Espagnol. Et d’ajouter : «Je devrai essayer de contrôler le point avant qu’il ne frappe le boulet de canon». Ferrero et Gonzalez se sont déjà affrontés à Roland Garros, en 1998 en finale du tournoi juniors. Le Chilien s’était alors imposé (4-6, 6-4, 6-3). L’autre Espagnol, Tommy Robredo, est le plus jeune joueur encore en lice dans le tournoi. A 21 ans et un mois seulement, ce tennisman a créé la surprise du jour en sortant le Brésilien Gustavo Kuerten, triple vainqueur de l’épreuve en quatre manches (6-4, 1-6, 7-6 (2), 6-4) après 2h46 d’un combat épique. Robredo avait fait sensation lors du tour précédent en éliminant le numéro un mondial Lleyton Hewitt. Il rencontre en quarts son compatriote Albert Costa. «J’ai battu l’as (Hewitt), le roi (Kuerten), il me manque le cavalier (Costa)», a déclaré Robredo.
Le premier Espagnol à avoir assuré une place aux quarts est Carlos Moya. Tête de série numéro 4, il a battu le Tchèque Jiri Novak (7-5, 6-3, 6-2). Il se mesurera en quarts au gros serveur néerlandais Martin Verkerk, vainqueur de Rainer Schuettler (6-3, 6-3, 7-5). Il est à signaler que depuis l’US Open en 1995, où cinq Américains avaient atteint les quarts de finale, les joueurs d’une même nation n’avaient plus dominé de la sorte un tournoi du Grand Chelem.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *