Les gazelles prêtes pour l’aventure

Les gazelles prêtes pour l’aventure

Départ de Mech Irdane, au sud-ouest d’Arfoud ; arrivée à Glab El Kebir, au sud-ouest de Foum-Zguid (sud de Ouarzazate). Voilà en gros le tracé auquel seront confrontées près de deux centaines de gazelles, lors du rallye qui leur revient de droit.
Des dizaines et des dizaines de séances de repérages, des heures interminables de travail, de calculs et de rectifications auront été nécessaires pour enfanter ce nouveau parcours, qui promet de ne pas être moins riche que les précédents. Celui-ci, à l’image de ses prédécesseurs, donne un large aperçu de cette épreuve unique qui mènera bien des équipages, au féminin, dans les confins du désert.
En effet, de Mech Irdane à Glab El Kebir, c’est facile à dire ou à parcourir sur une carte ou à vol d’oiseau. C’est franchi en un clin d’oeil. Sur le terrain, c’est une tout autre histoire. Pistes sablonneuses et rocailleuses, dunes de sables, passages sinueux et terrains accidentés seront au rendez-vous de ces dames, vraisemblablement, fascinées par l’extrême. À ce propos, les gazelles ne resteront pas sur leur faim. D’autant plus que, comme chacun sait, celles-ci ne seront équipées que des plus rudimentaires outils de navigation, à savoir boussole, carte et compas. En plus de leur sens propre de l’orientation. L’aventure s’annonce palpitante et les montées d’adrénaline saisissantes.
Le parcours a été découpé en six étapes distinctes, offrant chacune son lot de difficultés et d’obstacles. Deux des étapes sont des étapes-marathon, elles se dérouleront sur deux jours en autonomie complète, sans bivouac et sans mécaniciens. Bonjour la débrouillardise !
Il est aussi à rappeler que le rallye Aïcha des gazelles n’est pas une course de vitesse. Loin s’en faut. Il s’agit de rallier des points de contrôle en effectuant la distance minimale pour ce faire. Le tandem qui remportera le rallye devra avoir rallié un maximum de check-points avec un minimum de kilomètres au compteur. Adresse et subtilité sont ainsi les principaux atouts.
Cette 15e mouture, qui s’étalera du 21 au 28 avril, connaîtra une participation à son apogée, avec près de 100 équipages en lice pour le sacre ultime. En plus des 10 tandems marocains, les Françaises battent le record de participation avec 49 équipages. Les Canadiennes arrivent en seconde place avec pas moins de 20 équipages ; viennent ensuite les Italiennes (5 équipages), les Néerlandaises (4 duos), les Japonaises et les Belges (3 équipages chacune), en plus de 2 tandems espagnols.
Cependant, deux équipages, pour le moins insolites, suscitent l’attention beaucoup plus que d’autres. En effet, le premier est composé d’une Palestinienne et d’une Israélienne, tandis que le second mettra dans le même habitacle une Irakienne et une Américaine.
Représentant leurs origines respectives, ces quatre gazelles hors du commun relèvent un second défi, mis à part celui du rallye.
Cette initiative riche en sens et en significations est d’une ingéniosité notoire. Ainsi, outre sa multitude d’actions caritatives, le rallye Aïcha des Gazelles roule bel et bien pour la paix. Ces deux équipages sont là pour dire, à tous ceux qui ont la coiffe dure, que ces dames, dont les nationalités se retrouvent au centre des conflits les plus absurdes de l’Histoire, sont capables de prouver qu’il est possible de cohabiter, de coopérer, de s’entraider, de s’associer au même objectif et, en prime, de pouvoir s’aimer ou, du moins, s’apprécier. Une belle leçon de la vie savamment réfléchie par les organisateurs. L’autre innovation de l’édition 2005 se rapporte aux épreuves. Un prologue de deux heures a, ainsi, fait son introduction dans le rallye. «C’est une sorte de concentré de rallye, un pot pourri des difficultés à venir qui permettra aux concurrentes les plus angoissées de s’aguerrir en douceur», c’est par ces vocables que les organisateurs qualifient cette nouveauté. Il est à souligner que ce prologue fait office de qualificatifs pour la grille de départ, si l’on peut se permettre la comparaison avec la Formue 1. En effet, à l’issue de celui-ci, l’ordre de départ de la première étape sera déterminé. De la sorte, les plus futées des gazelles auront les roues sur ce que l’on se permettra de qualifier, encore une fois en référence à la F1, de «Pole position».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *