Les raisons d’un report

Une question d’argent. C’est ainsi que l’on peut résumer le report qu’a subi le championnat d’Italie de football. Censé être entamé le 1er septembre dernier, le Calcio ne démarre que ce week-end. Derrière ce report de deux semaines se trouve un conflit qui a opposé huit «petits» clubs – Piacenza, Pérouse, Empoli, Modène, Côme, Brescia, Atalanta Bergame et Chievo Vérone – aux chaînes de télévision à péage, Stream et Telepiu pour la retransmission de leurs matches. Les «rebelles», réunis en un consortium sous le nom de Plus Media Trading (PMT), dirigé par Enrico Bendoni, réclamaient 10 millions d’euros par club, alors que les chaînes offraient respectivement 4 millions et 4,5 millions.
Grâce à la médiation du ministre des biens culturels en charge des sports, Giuliano Urbani, ce problème a enfin pu être réglé. La Juventus Turin, l’AS Rome, la Lazio Rome, l’Inter Milan, le Milan AC et Parme se sont engagés à verser une importante contribution financière aux «petits» clubs, leur permettant de combler en partie le fossé important séparant leur demande de l’offre des chaînes. Le cas de dire que les grands clubs ont sauvé les petits. En acceptant de mettre la main à la poche (6millions d’euros), la page de ce contentieux qui menaçait de priver la péninsule de son sport national, a été tournée. Cette décision permet de combler le fossé séparant encore les clubs rebelles aux chaînes et de sauver le Championnat 2002-2003 qui pourra commencer régulièrement les 14 et 15 septembre, après ce premier report dicté par la Ligue des clubs professionnels le 20 août. «Une médiation ne peut jamais être satisfaisante, nous avons dû céder et effectuer un gigantesque pas en arrière. Les chiffres sont restés très éloignés de ceux que nous voulions, la seule satisfaction est que le championnat puisse débuter, car nous avons beaucoup investi pour pouvoir jouer,» a commenté le président de Côme, Enrico Preziosi, parlant au nom des huit collègues. « Il y a eu un accord et j’en suis content. Le groupe est à nouveau uni, les grands ont mis la main à la poche, c’est ce que je voulais, » a indiqué Franco Sensi. Le président de la Roma était depuis longtemps solidaire de la lutte menée par les huit rebelles. Avant cet entretien décisif, les positions restaient très divergentes entre les dissidents et les chaînes cryptées. La ligue, à l’unanimité, avait décidé le 20 août de venir en aide aux clubs rebelles et de retarder le début du championnat pour leur permettre de trouver un accord avec les deux télévisions. Devant le préjudice porté au calendrier et à l’image du football dans l’opinion publique italienne, les deux chaînes avaient amélioré leur offre globale, la portant à 53 millions d’euros. Mais les présidents frondeurs avaient opposé leur veto affirmant qu’ils ne démarreraient pas la saison s’ils n’obtenaient pas au moins une somme plus proche de 65 millions.
Le Championnat 2002-2003 débutera donc samedi, par la 2e journée. La première journée sera jouée en janvier 2003.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *