Les têtes de série se qualifient

Les débuts ont été très difficiles pour les deux numéros un. Ils ont été sur la corde raide au premier tour des Internationaux d’Australie de tennis, mardi à Melbourne.
A l’origine de ces matches serrés la Française Emilie Loit et le Suédois Magnus Larsson. Il a fallu plus de deux heures pour l’Américaine et quelque trois heures et 13 minutes pour l’Australien pour se défaire de leurs adversaires coriaces. La cadette des soeurs Williams a remporté par trois sets à un 3-6, 7-6 (7-5), 7-5, dans un match des plus époustouflants.
En effet, la Française Emilie Loit, qui occupe le 56ème rang au classement mondial, a été une fois à deux points du match à 5-5 dans le jeu décisif, au cours duquel elle fut menée 5-1, et deux fois à trois points. Coriace plus que jamais, elle est brillamment sauvé pour deux balles de match à 5-4 et 15-40 sur son service avant d’expédier la troisième dans le filet. Ne s’attendant pas à un début de compétition aussi difficile, Serena s’est montrée à plusieurs reprises très déconcertée et souvent exaspérée par la fougue de la jeune Française.
La cadette des Williams a accumulé 7 doubles fautes au service et 55 fautes directes. Elle devrait donc batailler dur pour pouvoir réaliser son ambition de remporter le dernier tournoi de Grand Chelem qui manque à son palmarès. Comme elle s’est déjà imposée sur les trois autres grands rendez-vous tennistiques, le Rolland Garros, l’Open des Etats-Unis et Wimbledon, elle vise le sans faute pour réaliser le grand chelem à cheval sur deux saisons. Elle n’est peut-être pas au bout de ses peines puisqu’elle va rencontrer au prochain tour de la compétition la Belge Els Callens, qu’elle n’a battue qu’au bout de deux jeux décisifs au troisième tour du dernier Wimbledon.
L’autre tête de série numéro un, l’Australien Lleyton Hewitt a failli créer la surprise du premier tour. Devant Magnus Larsson, il a dû batailler dur avant de se défaire du vétéran suédois trois sets à deux 6-3, 3-6, 6-1, 6-7 (3/7), 6-2. Le n° 1 mondial avait été éliminé à ce stade de la compétition lors de l’édition de l’année dernière. A l’époque, il se remettait à peine d’une varicelle. Quant à son adversaire du jour qui a subi une opération au genou en août 2000 et qui trouvait de grandes difficultés à retrouver son niveau habituel, il a fourni un grand match. N’ayant pas participé au premier Grand Chelem de la saison depuis 1998, il s’est montré vigoureux et trouvait des angles impossibles de ses grands coups amples et lourds. « J’aime mieux rencontrer Hewitt au premier tour, mais j’aurais mieux aimé le faire il y a cinq ans », a-t-il commenté. A 32 ans, le Suédois est à la fin de sa carrière. Il occupe actuellement le 108ème rang au classement ATP alors qu’il faisait autrefois partie du Top Ten.
Le premier tour a également été fatal à la tenante du titre et tête de série numéro trois, l’Américaine Jennifer Capriati. Elle a été battue par l’Allemande Marlene Weingartner, 90ème mondiale, 2-6, 7-6 (8/6), 6-4. Capriati a fait état de problèmes concernant sa vue. Elle a été opérée des yeux après le Masters, en novembre dernier, et était restée alors deux semaines dans le noir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *