Les Ukrainiens mangent «les petits-Suisses»

Les Ukrainiens mangent «les petits-Suisses»

Pour une première, c’en est une ! L’Ukraine, qui participe pour la première fois dans son histoire aux phases finales de la Coupe du monde, vient de décrocher son ticket pour le quart de finale en battant la Suisse.
Lundi soir à Cologne, les Ukrainiens sont venus, ils ont dominé les Suisses aux tirs au but (0-0 après prolongation, 3 t.a.b. à 0) au terme d’un match fermé. Voilà un exploit, inattendu certes, mais qui fera oublier aux Ukrainiens la politique, la révolution orange, les élections anticipées…et tout ce qui va avec.
Le héros de la séance a été le gardien de but Oleksandr Shovkovsky, qui a arrêté deux tirs au but suisses, le troisième échouant sur sa barre transversale, effaçant ainsi l’échec initial d’Andrei Shevchenko, tandis qu’Oleg Gusev marquait le tir vainqueur.
L’Ukraine marche désormais derrière les traces de la Croatie, dernier pays européen avant elle à avoir passé le premier tour dès sa première participation en 1998. Son parcours s’était terminé par une troisième place, après un revers (1-2) en demi-finale contre la France. Les hommes d’Oleg Blokhine affronteront en quart de finale l’Italie,  victorieuse de l’Australie (1-0) grâce à un penalty généreux transformé par Totti à la dernière minute du temps additionnel, vendredi à Hambourg. La première période suintait les frissons. Chaque équipe se méfiait de l’autre. Compréhensible vu que sur le plan défensif de l’Ukraine et la Suisse avaient tous deux des soucis à se faire. Pour les Suisses, l’arrière-garde invaincue jusqu’à présent devait se passer pour la première fois de son leader Senderos, forfait jusqu’à la fin du tournoi en raison d’une blessure à l’épaule droite. Son remplaçant, le jeune Djourou (19 ans) rencontrait très vite des problèmes, à l’image de ce coup franc qu’il avait provoqué en fauchant Voronin alors qu’il avait un temps d’avance au départ de l’action et sur lequel Shevchenko le devança de la tête (20). Mais la barre sauva Zuberbhler. Kubi Kuhn finit par le remplacer dès la 34e minute par le plus expérimenté Grichting (27 ans) qui se distingua rapidement par un bon tacle devant Voronin (42). La défense ukrainienne, elle, était décimée. Rusol et Sviderskiy suspendus, Yezerskyi, trop juste pour débuter après avoir manqué les deux précédents matches à cause d’une blessure, et le jeune Chigrynskiy (19 ans) ne figurait même pas sur la feuille de match. Gusev était donc appelé à redonner un coup de main dans le couloir droit comme face à la Tunisie (1-0) et un autre milieu de terrain, Gusin, reculait dans l’axe.
L’improbable attelage tenait cependant plutôt bien le choc puisque la meilleure occasion helvète intervint sur coup franc, et sur le coup, Shovkovsky put remercier sa barre qui repoussa la frappe de Frei (23).
Au milieu de terrain, la bataille était tellement acharnée. Le ballon parvenait rarement aux attaquants dans de bonnes conditions. Les entrées de Streller côté suisse et Rotan n’auront aucun incident et ne changeront rien à la donne.
Il fallait donc une initiative individuelle ou un coup de pied arrêté pour débloquer la situation. Shevchenko tenta sa chance de loin du gauche mais manque le cadre de quelques centimètres (66), puis une tête de son partenaire Gusin frôla le poteau sur un corner de Kalinichenko.  Dans un match où les occasions de but sont rares, Ukrainiens et Suisses n’ont pas réussi à se départager après 90 minutes de jeu. Les joueurs ont donc disputé trente minutes supplémentaires, mais cela ne changera à rien au résultat. Le match s’est ainsi terminé par une séance de tir aux buts. Chevtchenko choisit de tirer le premier, mais la star ukrainienne rate son coup. Le suisse Streller rate aussi et met le ballon sur la barre. Pas un seul penalty suisse n’a été transformé. Et pour la première fois de son histoire, l’Ukraine est en quart de finale.
  

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *