Les Vert et Blanc ont vu rouge

Devant un public bidaoui, enfin de retour après une longue période de désertion, s’est déroulé le 91e derby casablancais. La victoire est revenue au WAC par deux buts à zéro. C’est la troisième revanche successive des Rouge et Blanc cette année, toutes compétitions confondues (coupe et championnat). Le résultat en lui-même est logique. Les Wydadis ont bien su négocier le match aussi bien sur le plan tactique que sur le plan technique. Normal, leurs adversaires traversent une période de passage à vide. Pourtant dès le début de la rencontre, l’équipe du Raja s’est montrée menacante avec un Omar Nejjari dangereux balle au pied. Les Verts ont maîtrisé leurs sujets tout au long des vingt premières minutes. Le réveil des poussins du coach français Lozano n’allait pas tarder. Suite à une grosse erreur du gardien de but des Verts, Bouabdallaoui, qui a mal renvoyé le ballon, le jeune Madihi a mis le ballon au fond des filets adverses. Les Rajaouis ont pris une douche froide, à un moment où les tifosis rouges s’exaltaient. A l’exception de ce but, il n’y avait pas grand-chose à signaler. Les occasions nettes étaient rares. Les Rajaouis avaient opté pour une tactique beaucoup plus défensive pour éviter une sérieuse défaite. Benchrifa, défenseur buteur du Wydad, n’était pas dans ses grands jours. Sur des balles arrêtées, le canonnier wydadi a tenté, à plusieurs reprises, de mettre la balle au fond des filets. Mais le score en restera là. A la reprise, le même joueur réussira, enfin sur penalty, à mettre le WAC à l’abri d’un éventuel retour des co-équipiers de Jrindou. Pour le reste de la rencontre, le coach français a demandé à ses joueurs de gérer le match jusqu’au sifflet final de l’arbitre. Les Wydadis vont réussir à bien leur mission. Pour le RCA, revenir au score relevait du miracle. Ce qui est sûr, c’est que cette défaite, devant le frère ennemi, va déstabiliser encore plus la famille rajaouie. Quant au WAC, il a prouvé encore une fois qu’il est le sérieux prétendant au titre du champion du Maroc cette année. Si le derby, entre le Raja et le WAC, a duré 90 minutes, pour les supporters des deux camps, les taquineries et les moqueries vont durer jusqu’au match retour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *