L’Espagne, championne du monde la moins prolifique en buts

L’Espagne, championne du monde la moins prolifique en buts

La «Roja», déjà vainqueur de l’Euro 2008, s’adjuge la première Coupe du monde de son histoire. L’Espagne, qui a remporté la Coupe du monde en battant en finale les Pays-Bas (1-0 a.p.) dimanche 11 juillet à Johannesburg, est la championne du monde la moins prolifique de l’histoire, avec huit buts marqués en sept matches. Grâce à un but signé Andres Iniesta à la prolongation (116e), l’Espagne a réussi à remporter le premier sacre dans un match disputé au stade de Soccer City de Johannesburg. La Roja a entamé le match sur les chapeaux de roues, et aurait pu parvenir à ouvrir la marque par l’entremise de Sergio Ramos (4e), qui a vu sa reprise de la tête stoppée magistralement par le portier des Pays-Bas Stekelenburg. Il est vrai que la bataille tactique entre d’un côté Vicente Del Bosque et Bert van Marwijk, de l’autre côté, était très perceptible avec une prudence et un engagement parfois exagéré du côté des joueurs néerlandais, ce qui a poussé l’arbitre anglais Howard Webb à brandir plusieurs cartons. Lors du temps additionnel (45+1), Arjen Robben était à deux doigts de tromper la vigilance d’Iker Casillas, si ce n’était le sauvetage inextremis de ce dernier qui a pu dévier le tir puissant du Néerlandais en corner. Lors de la prolongation, l’Espagne, aidée par l’expulsion du défenseur néerlandais Heitinga (108e), est parvenue à trouver la faille grâce à Andres Iniesta bien embusqué dans la surface de réparation, et qui ne s’est fait pas prier pour battre l’infortuné Stekelenburg (116e). Les quelques minutes restantes n’ont pas permis aux Néerlandais de remettre les pendules à l’heure au grand bonheur des Ibériques. Avec ce trophée, l’Espagne est devenue la première sélection à remporter la Coupe du monde, après avoir perdu son premier match du tournoi  face à la Suisse 1-0.


Pays-Bas : à nouveau parmi les grandes nations
Les Pays-Bas, finalistes malheureux de la Coupe du monde dimanche, se sont réinstallés parmi les grandes nations du sport roi grâce à une génération de joueurs qui a tenu ses promesses mais aussi à une révolution tactique. Ils le doivent aussi à un joueur, Wesley Sneijder, qui a vécu une saison exceptionnelle. John Heitinga, Rafael van der Vaart, Nigel de Jong, Wesley Sneijder, Robin van Persie, Arjen Robben ou Dirk Kuyt n’ont pas usurpé leur titre de «génération dorée». 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *