L’Espagne craint le Maroc

L’équipe espagnole de Coupe Davis, qui vise à remporter le trophée qu’elle a brandi en 2000, sait que son premier tour du groupe mondial, de vendredi à dimanche à Saragosse, ne sera pas facile face à l’équipe marocaine qui compte comme l’Espagne de redoutables spécialistes de la terre battue. « Être éliminé dès ce premier tour est dans le domaine du possible », reconnaît même le président de la fédération espagnole Agustin Pujol alors que l’un des capitaines de l’équipe espagnole, Jorge Avendano, n’hésite pas à contredire l’optimisme des supporteurs : « Nous ne sommes pas aussi favoris que les gens pensent ».
Les sélectionneurs espagnols ont ainsi choisi de « tenter de retrouver l’esprit de Barcelone » (lieu de la victoire en finale contre l’Australie) en retenant les mêmes joueurs Juan Carlos Ferrero, Albert Costa, Alex Corretja et Joan Balcells et en écartant comme en 2000 le Majorquin Carlos Moya. Juan Carlos Ferrero, le numéro un espagnol, ouvrira le bal vendredi face à l’imprévisible Hicham Arazi, chouchou de Roland-Garros, puis Alex Corretja prendra le relais face à Younes El Aynaoui, auteur d’un excellent début de saison et actuel numéro 6 mondial. Les matches de simple s’annoncent disputés et incertains. Comme souvent, le double risque d’être décisif, et de ce côté l’équipe espagnole remporte les faveurs du pronostic.
La paire Balcells et Corretja a en effet fait ses preuves par le passé avec des victoires contre les meilleures équipes mondiales alors que le double a souvent été le talon d’achille de l’équipe marocaine malgré l’expérience du vétéran Karim Alami. « Je signe un 3 à 2 tout de suite », ajoute même Agustin Pujol.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *