L’essentiel est acquis

Devant 16.000 spectateurs, la sélection marocaine de football a fait un grand pas vers les phases finales de la Coupe d’Afrique des nations prévues en 2004 en Tunisie. Dimanche après-midi au Complexe sportif Mohammed V à Casablanca, les Lions de l’Atlas sont en effet venus à bout de la Sierra Leone 1-0. Si la manière laisse à désirer, le résultat revêt une grande importance pour les hommes de Badou Zaki. «L’essentiel pour nous était de glaner trois points susceptibles de nous rapprocher encore plus de la CAN 2004», a déclaré celui-ci à la presse après la fin de la rencontre.
Le sélectionneur national était conscient de l’importance de gagner une équipe qui partageait la première place avec la sélection nationale. Son homologue sierraléonais le savait aussi. La confrontation de dimanche après-midi était donc un tournant décisif dans le parcours qualificatif des deux équipes. Ne voulant rien laisser au hasard comme il l’a d’ailleurs répété à plusieurs reprises avant cette rencontre, Badou Zaki a opté pour une tactique offensive. L’objectif en était bien sûr de marquer le plus tôt possible. Noureddine Kacimi était sur le point d’y arriver trois petites minutes à peine après le début du match. Le tir du rajaoui, détourné en corner, était une première alerte qui n’a cependant pas ébranlé une défense sierraléonaise calme qui n’est pas tombé dans le piège de la précipitation. Sur un contre à la 17ème minute de jeu, l’équipe adverse a même failli surprendre le keeper national Abdelilah Bagui. Cette occasion de scorer portait la signature de Mohamed Kallon, sociétaire de l’Inter Milan. Youssef Chippo allait signer pour sa part la réplique marocaine. C’était à la 26ème minute, d’un tir magistral dont la force de frappe n’a laissé aucune chance au gardien de but adverse. Les hommes du Brésilien José Nougeïra n’allaient pas tout de suite réagir à ce premier but marocain. Ceux qui s’attendaient à une montée des attaques de part et d’autre apte à redonner de l’éclat à une rencontre plutôt terne ont été déçus. Les Sierraléonais continuaient à se cantonner en défense alors que le deuxième but libérateur des Lions de l’Atlas ne venait pas.
Ce n’est qu’à la reprise que les prémices d’un changement tactique se sont fait sentir. Les coéquipiers de Kallon, plus entreprenants, ont beaucoup profité de la baisse de régime des Marocains pour s’imposer en dominateurs du milieu de terrain. Ils étaient toujours les premiers sur la balle et avaient le dernier mot dans les duels aériens et d’homme à homme. Leurs attaques se multipliaient sans pour autant tromper la vigilance de la ligne défensive marocaine. Les interventions des Naybet, Karkouri et Ouadou ont, à plusieurs reprises, sauvé la lucarne de Bagui. En attaque, Jawad Zaïri, auteur d’un grand match, est parvenu à harceler la défense des visiteurs. A lui seul, le sociétaire du FC Sochaux mobilisait parfois deux à trois défenseurs qu’il maîtrisait grâce à de remarquables individualités. Ces petits entractes n’ont pourtant pas caché le manque de coordination flagrant entre les lignes. Les Lions de l’Atlas, pas très frais physiquement, sont restés sous la menace d’une éventuelle égalisation pour le reste de la rencontre. «Nous ne pouvions offrir du spectacle car l’essentiel était d’enlever le gain du match», a précisé le sélectionneur national. Le coup de sifflet de l’arbitre égyptien Abdelfattah Esameddine a finalement mis fin à cette éventualité permettant à l’équipe nationale de remporter trois points cruciaux dans la course à la qualification. Les co-équipiers de Naybet se retrouvent ainsi à la tête du groupe 7 avec un total de 10 points. Dans l’autre match du groupe, la Guinée Equatoriale a pris le dessus, dimanche à Malabo, sur le Gabon par deux buts à un. Une victoire qui lui permet de glaner ses premiers points en ces phases qualificatives pour se retrouver exaequo avec le Gabon (trois points chacun). C’est d’ailleurs contre ces mêmes Gabonais que les Lions de l’Atlas devront confirmer dans quinze jours à Casablanca. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *