Ligue des Champions : L’Angleterre domine

Ligue des Champions : L’Angleterre domine

Liverpool a sans surprise rejoint mercredi Chelsea et Manchester United en demi-finale de la Ligue des champions, pour un triplé anglais inédit, après sa victoire sans intensité (1-0) sur un PSV Eindhoven, mis à la raison dès l’aller (3-0).
Ce match des Reds ne restera pas au panthéon du football anglais comme ceux de leur prochain adversaire, Chelsea et de Manchester United, à Valence (2-1) et contre l’AS Rome (7-1). C’était prévisible. Comme prévu entre une équipe qui faisait semblant d’avoir quelque chose à perdre et une autre qui avait déjà la tête à la défense de sa place de leader de son championnat, le match prenait des allures d’aimable lever de rideau. Un coup franc de Boudewijn Zenden (43) et un tir croisé de Peter Crouch (55) frôlaient le «montant» néerlandais.
Il fallait l’exclusion sévère du néophyte Dirk Marcellis pour un tacle sur Zenden (64) pour que Liverpool prenne l’avantage. Gomes détournait du bout des doigts la déviation d’un centre de John Arne Riise par Peter Crouch, mais Robbie Fowler récupérait et rendait le ballon à l’international anglais qui, cette fois, marquait de près (67).
Gomes réussissait une double parade devant Jermaine Pennant (90) pour clore une seconde période pendant laquelle les deux équipes réussissaient l’exploit de faire taire par instants le public. Anfield Road se réveillera quand les choses sérieuses reprendront contre Chelsea en demi-finale.
Dans l’autre demi-finale, l’AC Milan et ses génies de l’attaque ont fait craquer le Bayern Munich (2-0) et Liverpool a, comme prévu, terminé le travail (1-0) contre le PSV Eindhoven après le 3-0 de l’aller, mercredi lors des deux derniers quarts de finale retour de la Ligue des champions.
L’AC Milan a fait payer au Bayern Munich son outrecuidant nul (2-2) arraché en dernière minute à l’aller en lui infligeant une leçon de réalisme et de maîtrise à Munich.
On les disait rouillés et repus de succès, on leur promettait une leçon d’allemand prodiguée par un Bayern renaissant, mais les Clarence Seedorf, Filippo Inzaghi et autre Paolo Maldini ont réussi leur meilleur match d’une saison indifférente en championnat et désormais prometteuse en C1.
Les quinze premières minutes ont pourtant été à l’avantage du champion d’Allemagne. Sur un centre de Mark van Bommel, suspendu à l’aller, Lell était même bien près d’ouvrir la marque (7), mais sa reprise était dégagée sur la ligne par Massimo Oddo.
Mais il en fallait plus pour déboussoler l’AC Milan : en quatre minutes, l’"arbre de Noël" (1-2-3-4) aligné par Carlo Ancelotti avec Inzaghi en pointe soutenu légèrement en retrait par Kaka et Seedorf, allait en faire voir de toutes les couleurs au Bayern.
Sur une relance hasardeuse de Lell, de moins en moins à l’aise, Kaka déséquilibrait la défense allemande et trouvait Seedorf qui se glissait dans un mouchoir de poche pour ouvrir la marque (27).
Le Néerlandais, très critiqué cette saison, était également à l’origine du second but : alerté par Kaka, Seedorf lançait d’une talonnade Inzaghi qui gagnait son duel contre Lucio et Kahn (31).
De retour des vestiaires, le Bayern, remodelé avec un milieu à cinq joueurs et trois défenseurs, tentait d’accélérer le rythme, mais restait inefficace malgré une nette domination territoriale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *