Ligue des champions : Lyon y croit encore

Ligue des champions : Lyon y croit encore

"On n’est pas encore éliminés", estimait mercredi Paul Le Guen, les traits tirés. Dépité la veille par le résultat d’un match dominé par ses joueurs, l’entraîneur lyonnais avait repris un peu du poil de la bête.  Les joueurs lyonnais, également "frustrés", selon l’expression de Grégory Coupet, avaient eux aussi retrouvé le sourire lors des petits jeux de décrassage. Rires entre Brésiliens, blagues et commentaires ironiques sur le match contrastaient singulièrement avec l’ambiance de la veille.  "Il y a de réelles chances de qualification", soulignait Le Guen, qui sait que son équipe a laissé passer une chance de prendre une option sur la qualification en se laissant piéger par le faux rythme et l’âpre travail défensif du PSV.
"Pour nous, le retour, c’est notre demi-finale", estimait le capitaine brésilien Claudio Caçapa, de retour comme titulaire en Europe après près de six mois d’absence.
"On était face à une équipe qui n’a pas lâché après avoir pris le but. C’est ça la C1. Mais, nous non plus, on ne va pas lâcher. Il faut aller là-bas avec un mental fort", affirmait Caçapa qui ajoutait: "Le PSV était bien en place et le sera mercredi mais nos attaquants vont vite et auront plus de réussite. Là-bas, ils vont marquer. On a marqué partout à l’extérieur".
Le Brésilien soulignait de plus que le résultat de mercredi comportait au moins un avantage. "On n’aura pas à calculer. Il faut aller là-bas, jouer notre jeu pour marquer et gagner". Son coéquipier Sydney Govou était sur la même longueur d’ondes: "On n’a pas une équipe qui sait calculer… Il faut gagner. Il reste 90 minutes. On a déjà gagné des matches à l’extérieur cette saison, non ? Toute victoire nous qualifie".
N’empêche que le match de mardi laisse des regrets. Comme la saison dernière lorsque l’ OL avait buté sur le FC Porto lors d’une double confrontation qui avait semblé à leur portée, Lyon semble à nouveau avoir laissé passé sa chance. Les joueurs refusent d’y penser: "Cela suffit avec Porto", lançait Grégory Coupet mercredi à des journalistes qui faisaient inévitablement le lien.
Si Lyon, meilleure attaque de C1, qui joue de la "même manière à domicile qu’à l’extérieur" comme le remarquait l’entraîneur Guus Hiddink, a incontestablement les moyens de gagner aux Pays-Bas , il lui faut toutefois tirer les leçons de l’échec de mardi.
Contrairement aux Néerlandais, les Lyonnais ont paru émoussés physiquement en deuxième période: ils ont probablement payé les efforts de leur match contre Lens samedi (1-0). Une erreur qu’ils ont payée comptant, même s’ils ont pris un ascendant sur le championnat. Mais celui-ci ne leur tendait-il pas déjà les bras ? Il leur faut maintenant sacrifier le match de ce week-end pour se préparer physiquement et mentalement à la rencontre de mercredi. Autre écueil à éviter: ne pas se laisser imposer le rythme du match. Menant au score, les Lyonnais se sont satisfaits du faux rythme du PSV avant le coup de poignard de Cocu. Retomber dans le même piège serait fatal.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *