L’indispensable Zidane indisponible

«Je suis forfait pour au mois un match ». C’est ce qu’a affirmé, résigné, le meneur de jeu et le porte-drapeau de l’équipe de France dans une interview parue hier mardi dans Le Parisien-Aujourd’hui. Afin de rassurer les millions de foules, angoissées, Zizou a précisé que « Ce n’est vraiment pas une blessure grave » et qu’il ne serait pas forfait pour toute la Coupe du monde. « J’espère bien pouvoir disputer le deuxième match du Mondial, c’est-à-dire France-Uruguay le 6 juin à Busan », a-t-il déclaré. « L’IRM (imagerie par résonance magnétique) montre clairement qu’il y a une petite lésion…Moi, je suis confiant. Il faut maintenant que je me repose trois ou quatre jours. Il faut laisser faire la nature », précise encore Zinédine Zidane.
Le président de la Fédération française de football (FFF), Claude Simonet, tenu au courant par le chef de la délégation française en Corée du Sud, Jean Verbeke, également vice-président de la FFF, avait auparavant précisé à la prudence recommanderait que Zidane ne joue pas les deux premiers matches du Mondial pour un rétablissement complet. Dimanche déjà, le meneur de jeu des Bleus avait lui-même demandé à sortir après la demi-heure de jeu en se tenant la cuisse gauche. Il avait longuement consulté le médecin des Bleus à sa sortie du terrain, avant de rejoindre les vestiaires, une poche de glace à la main. Zidane, qui avait rejoint ses partenaires mercredi au Japon après avoir assisté à la naissance de son troisième fils Théo à Marseille, avait paru fatigué et bien loin de son meilleur niveau ce jour-là. En fait, comme son ami Robert Pires, forfait pour le Mondial en raison d’une rupture des ligaments du genou droit, Zidane paie les conséquences de la répétition des matches de haut niveau. Il a ainsi disputé 53 rencontres officielles cette année, et plus de 210 depuis le titre mondial de l’équipe de France en 1998. Or, selon la commission médicale de la Fédération internationale de football (FIFA), la barre de 45 matches de haut niveau par saison devrait constituer une limite au-delà de laquelle l’organisme peut avoir des réactions de saturation.
Ce forfait de l’homme-orchestre des Bleus pose également un délicat problème tactique à Roger Lemerre, qui devra désormais choisir entre un remplacement poste par poste (Djorkaeff, Micoud ou Dugarry), ou un retour à trois milieux défensifs, comme en 1998. Et c’est Djorkaeff qui dispose de plus de chances de diriger le jeu tricolore. « C’est une possibilité. Youri a montré sa fraîcheur. Il est revenu avec beaucoup de présence. Il est très frais sur le plan psychologique et physique.
Encore quelques matches et il peut suppléer Zidane », a déclaré le sélectionneur, Roger Lemerre. Ce qui est sûr, c’est que Zidane ne jouera pas le match contre le Sénégal. Toutes les possibilités restent envisageables entre cette rencontre et les huitièmes de finale. Si elle se qualifie, la France jouera son huitième de finale le 15 ou le 16 juin au Japon. Elle aura auparavant dû affronter dans le groupe A, outre le Sénégal, l’Uruguay le 6 juin et le Danemark le 11 juin.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *