L’Inter Milan s’invite à la table des grands

L’Inter rejoint le Milan AC et la Juventus, les deux autres pointures d’un Calcio renaissant. L’équipe milanaise avait fait certes le plus difficile en réussissant le nul et inscrivant un but au match-aller au Dragao (1-1), mais il lui restait encore à confirmer et à obtenir le billet pour les quarts de cette C1, devenue par la force des choses son objectif essentiel d’une saison décevante (classé 3ème de la série A, à 16 points du Milan AC et de la Juve).
Les hommes de Roberto Mancini n’ont pas raté la marche, disputant probablement l’un de leurs meilleurs matches, et se réconciliant avec des supporteurs déçus, qui commençaient à perdre patience. "Nous nous sommes cependant un peu compliqués la vie, avec ce but concédé sur corner", a reconnu l’entraîneur intériste, tout à sa joie. "Mais la réaction de l’équipe m’a beaucoup plu, elle ne s’est pas affolée et a recommencé à jouer comme au début".
"Finalement, tout s’est bien passé", a-t-il estimé, soulagé. Devant une formation portugaise fidèle à elle-même, jouant bien en milieu de terrain, mais trop timide et un peu effacée en attaque, l’Inter a affiché en première période une autorité collective assez impressionnante, avant de baisser de régime et d’encaisser un but qui aurait pu relancer les Portugais. L’excellente performance du Brésilien Adriano, totalement remis après quelques semaines de tâtonnements dues aux rumeurs concernant la suite de sa carrière, a facilité cette qualification de l’Inter. En grande forme, très déterminé, Adriano a fait parler la poudre, terrassant la défense du Porto par un triplé (pour un total de 10 buts en C1 et 15 en championnat) digne des plus grands buteurs de l’histoire.
"Il sortait d’une période difficile comme en connaissent les meilleurs attaquants, car il n’a même pas pris de vacances, mais il a continué à travailler sans rien dire, a expliqué Mancini. Il méritait bien une soirée comme celle-là". "Après son troisième but, il est venu saluer tout le monde sur le banc, signe qu’il n’y a jamais eu le moindre problème avec moi", a souligné l’entraîneur de l’Inter. A l’heure du tirage au sort de vendredi à Nyon ( Suisse ), Mancini n’a pas de soucis à se faire. Avec un Adriano au sommet de son art, son équipe ne craint personne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *