L’IRT et le RBM sauvés par le gong

L’IRT et le RBM sauvés par le gong

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Un adage qui demeure de mise, même dans sur la planète football. Les malheureux sont les tihadis qui ont déclaré, la mort dans l’âme, forfait général pour la saison footbalistique qui démarre la seconde quinzaine du mois de septembre. Les heureux ne sont autres que les Tangérois, dont le club, l’IRT, s’est vu attribuer une seconde chance en championnat de première division du Groupement national de football. L’Ittihad de Tanger, qui a été relégué en championnat de deuxième division l’année dernière, est ainsi devenu le premier bénéficiaire du naufrage d’un club des plus anciens de la capitale économique. Un naufrage qui a défrayé la chronique footbalistique tout au long de cet été. Même si la décision de maintenir le club de Tanger en GNF I n’est pas encore officielle, les rumeurs qui ont précédé le forfait du TSC et les contacts entrepris par la suite par les responsables tangérois la rendent pratiquement sûre. Contacté par «Aujourd’hui Le Maroc», Abdellah Benhsaïn, président de la commission des statuts et règlements au sein de la Fédération Royale marocaine de football, l’a d’ailleurs confirmée. « Des instructions ont été données au Groupement national de football pour changer le calendrier de la saison 2003-2004, le TSC devant être remplacé par l’Ittihad de Tanger en première division et le Raja de Béni Mellal devant retrouver son fauteuil en GNF II », estime le membre fédéral. Pour leur part, et ne perdant pas de temps, les responsables tangérois, qui, rappelons-le, étaient en tête des contestataires de la fusion entre le TSC et le FUS, ont envoyé une correspondance, lundi au bureau fédéral lui demandant d’officialiser le maintien de leur club dans la cour des grands. Des bénéficiaires, il y a d’autres bien évidemment. Le Raja de Béni Mellal qui, en dépit d’une saison chaotique au terme de laquelle le club a terminé lanterne rouge du championnat de seconde division, ne jouera finalement pas la saison 2003-2004 en championnat amateur. Les Mellalis sont également assurés de leur maintien en GNF II, profitant ainsi du siège vacant que devait occuper l’IRT. Et pour remplacer les Mellalis, les règlements de la Fédération royale marocaine de football prévoient le repêchage des équipes amateurs qui ont joué les matches barrages. Il s’agit donc de l’Union Sportive de Touarga et l’équipe d’Aït Melloul, malheureux barragistes de la saison écoulée, qui se départageront en une rencontre programmée le 7 septembre prochain dans un terrain neutre. La ville de Marrakech pourrait abriter ce second match barrage, mais, estime Abdellah Benhsaïn, mais la décision finale n’a pas encore été prise.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *