L’ONU décrète une trêve olympique

Le CIO a remis à l’ensemble de la presse le texte de la résolution qui figurait au point 23 de l’ordre du jour de la 56e session de l’assemblée générale des nations unies mardi à New York. Une assemblée où il est notamment dit que les nations unies « prient les membres (…) d’observer la trêve olympique au cours des XIXe jeux de Salt Lake City, en garantissant que les athlètes puissent se rendre aux jeux et participer en toute sécurité ». « Nous avons appris la nouvelle mardi en fin d’après-midi et le CIO est très satisfait que cette résolution, présentée par les Etats-Unis pour une trêve olympique durant les jeux d’hiver de Salt Lake City (8-24 février), ait été adoptée aujourd’hui par les nations unies », a indiqué François Carrard, directeur général du CIO, au cours du second point-presse de la journée, dans le cadre de la commission exécutive. Dans le dernier article de la résolution, l’assemblée générale des nations unies « décide d’inscrire à l’ordre du jour provisoire de sa 58e session la question intitulée « pour l’édification d’un monde pacifique et meilleur, grâce au sport et à l’idéal olympique » et d’examiner ce point avant les XXVIIIe jeux olympiques qui se tiendront à Athènes en 2004″. « Pour nous, l’adoption de ce texte est un symbole fort remontant à l’Antiquité qui intervient dans un contexte particulier, a expliqué M. Carrard. la notion de sécurité et de participation est importante. » Le directeur général du CIO a également précisé que cette « trêve olympique », qui n’en est pas tout à fait une puisque à aucun moment il n’est question de cessez-le-feu, correspondait à ce qu’avait demandé Jacques Rogge, le président du CIO, à George W. Bush lors de leur récent entretien à la maison-blanche. « Ce n’est qu’un début, mais il est possible que M. Rogge veuille aller plus loin et demande autre chose », a-t-il conclu. Lors de cette réunion, le dispositif de sécurité pour les 3.500 athlètes attendus dans la capitale de l’Utah a une nouvelle fois été abordé pour ces jeux dont le coût, près de 2 milliards de dollars a été revu à la hausse en raison des dispositions supplémentaires prises après les attentats du 11 septembre. La situation toujours préoccupante des jeux olympiques d’été 2004 à Athènes, a également été évoquée mardi avec la présence à Lausanne du comité organisateur (ATHOC). Les 22 et 23 septembre, la commission de coordination du CIO, présidée par le suisse Denis Oswald, avait été, lors d’une visite de suivi, « agréablement surprise » mais a noté que la tâche restait « énorme ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *