L’UEFA choisit la Pologne et l’Ukraine

L’UEFA choisit la Pologne et l’Ukraine

«L’UEFA a confié l’organisation de l’Euro-2012 au tandem Pologne-Ukraine», a annoncé mercredi à Cardiff Michel Platini, président de l’instance européenne de football, aux dépens de l’Italie et du duo Croatie-Hongrie.
Ce choix est une immense surprise. La candidature qui semblait avoir la moins de chance sur le papier est venue à bout du ticket Croatie-Hongrie, mais surtout de l’Italie, la nation sacrée championne du monde en juillet dernier, organisatrice du Mondial-90, des Euro-1968 et 1980, ou encore des Jeux de Turin l’année dernière.
Contrairement à la Hongrie, qui briguait pour la troisième fois l’organisation de l’Euro, la Pologne se présentait pour la première fois.
Plusieurs centaines de jeunes Polonais ont crié leur joie mercredi dans le centre de Varsovie à l’annonce de l’attribution de l’Euro au tandem Pologne-Ukraine. «Les Blancs-rouges sont imbattables», ont-ils scandé, dans une allusion aux couleurs nationales de l’équipe polonaise.
Les supporteurs s’étaient rassemblés devant un grand écran sur lequel était retransmise la cérémonie d’attribution en direct de Cardiff au Pays de Galles. «C’est une chance gigantesque pour la Pologne», a affirmé Przemyslaw Gosiewski, un des adjoints du Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski. Écharpe de supporteur sur les épaules, il était venu assister à une autre retransmission dans une salle de sports avec des lycéens. «C’est une grande fête pour les supporteurs et les fans de foot. C’est aussi l’occasion de promouvoir la Pologne, pays qui est capable d’organiser de grands événements sportifs comme les Championnats du monde ou les Jeux Olympiques», a ajouté M. Gosiewski. «Cette décision c’est un passeport d’entrée dans ce club des pays d’élite». Le chantier reste énorme pour les lauréats de Cardiff et le compte à rebours est lancé.
Les critiques de la candidature polono-ukrainienne ont pointé du doigt les distances entre les stades en Pologne et Ukraine : près de 2.000 kilomètres (dont seulement 23 km d’autoroute en tout) séparent Gdansk, en Pologne, de Donetsk, en Ukraine.
Il faut compter aujourd’hui quelque 22 heures de route pour passer d’une ville à l’autre.
La Pologne a essuyé récemment des affaires de corruption dans le football, et devra désormais accélérer son opération mains propres.
L’UEFA prend aussi un risque vis-à-vis de l’Ukraine, dont le climat politique actuel n’apporte pas toutes les garanties requises pour l’organisation d’un tel évènement.
Le Premier ministre ukrainien Viktor Ianoukovitch a ainsi évoqué mardi à Strasbourg l’option de la destitution ("impeachment") du président Viktor Iouchtchenko (qui était présent à Cardiff) dans le cas où la décision de la Cour constitutionnelle lui serait défavorable.
Le projet Euro-2012 va aussi permettre à ces deux pays de relancer la machine économique – en terme de capacités d’accueil hôtelières, de voies de transport – avec les financements attirés par le ballon rond.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *