Lyon arrache sa troisième victoire

Lyon arrache sa troisième victoire

Lyon, vainqueur d’Olympiakos Le Pirée (2-1), avec Juninho qui a ouvert la marque et donné une passe décisive, mercredi 19 octobre lors de la 3ème journée de la 1ère phase de Ligue des champions de football, a renforcé sa position en tête du groupe F.
Après cette victoire, la qualification de l’Olympique lyonnais pour les huitièmes de finale paraît désormais très probable.
Les statistiques sont formelles. Jusqu’à présent, les équipes victorieuses de leurs trois premières rencontres se sont toutes qualifiées pour la seconde phase. "Soyons objectifs. Nous avons fait un grand pas vers la qualification. C’est historique pour l’OL car c’est la première fois que le club gagne ses trois premiers matches", a déclaré à l’issue de la partie, l’entraîneur de l’OL, Gérard Houllier.
Une nouvelle fois, Juninho Pernambucano a été providentiel. Il a inscrit son huitième but en Ligue des champions, sur un coup franc accordé pour une faute commise sur le Portugais Tiago dès la 4e minute. "C’était un coup franc côté droit. J’ai fait passé le ballon à côté du mur en frappant fort comme d’habitude. J’ai encore eu la réussite et j’espère que cela va continuer longtemps", a commenté le Brésilien.
"Il nous aide énormément. Il a une qualité de passe, une intelligence de jeu très importante. Il est très important sur coup franc et c’est fantastique de l’avoir", se félicite Tiago. C’est encore Juninho qui a adressé la passe décisive à Sidney Govou, sur le second but lyonnais (89e). Face au Real Madrid le 14 septembre (3-0), le Sud-américain avait marqué, sur coup franc, le deuxième but lyonnais, avant de manquer toutefois un penalty juste avant la mi-temps.
Arrivé en juillet 2001 en provenance du club brésilien de Vasco de Gama, Juninho, 30 ans, aura marqué l’histoire moderne de l’OL au même titre que l’attaquant Sonny Anderson (1999-2003).
Il fait partie des quatre joueurs du club avec Grégory Coupet, Claudio Caçapa, Sidney Govou, à avoir gagné les quatre titres de champion de France enlevés par l’OL (2002, 2003, 2004, 2005).
Après une bonne première saison au terme de laquelle il avait marqué cinq fois en L1, l’international avait pris une autre dimension, inscrivant 13 buts lors de sa deuxième année au club rhodanien dont il était alors le meilleur buteur. "Au Brésil, je n’en marquais pas autant, loin de là", soulignait-il à l’époque.
En 2003-2005, son total en L1 était de neuf buts, puis douze encore la saison passée avec notamment cinq passes décisives en tenant compte de celles effectuées sur phases arrêtées. Toutefois, la marque de fabrique de Juninho, qui a prolongé fin août son contrat jusqu’en 2008 au moins, demeure les coups-francs. Il en a transformé 21 pour Lyon, toutes compétitions confondues: une efficacité redoutée par toutes les équipes.
Juninho a élargi les limites de la surface de réparation. Le public de Gerland estime aujourd’hui, avec ironie, qu’un coup franc accordé à Lyon à 20 mètres équivaut à un penalty.
Pour autant, sa renommée en Europe ne fait pas de lui un titulaire en équipe du Brésil. Il devrait néanmoins être du voyage en Allemagne pour le Mondial-2006, après avoir, il l’espère, contribué à faire encore progresser l’OL en Ligue des champions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *