Lyon et Bordeaux se neutralisent, Paris s’accroche

Lyon et Bordeaux se neutralisent, Paris s’accroche

Lyon a conservé samedi ses 4 points d’avance sur Bordeaux, à 3 journées du terme du championnat de France auquel s’accroche le Paris SG, toujours relégable mais vainqueur d’Auxerre et bénéficiaire des revers de ses trois adversaires, Toulouse, Lens et Strasbourg. Dimanche après-midi, Nancy a été contraint au nul à Valenciennes (1-1). L’ASNL, qui compte deux points d’avance à la 3e place, a mis la pression sur Marseille (4e), qui se déplace à Monaco en soirée pour la clôture de cette 35e journée. Quand Lyon chancelle, Benzema excelle: le jeune international, par un doublé portant son total personnel à 19 buts, a sauvé l’OL face à Caen, qui menait 2-1 à la mi-temps. L’exclusion de Grosso, pour une altercation à la pause, pourrait peser le week-end prochain, sa suspension s’ajoutant à celle de Réveillère et au forfait possible de Toulalan. Alain Perrin l’a regretté, tout en observant que son équipe conservait «quatre points d’avance avec une journée en moins». Et c’est bien là où le bât blesse à Bordeaux (0-0), incapable de faire sauter «le verrou niçois», dixit Laurent Blanc. Les Girondins, d’habitude si prolifiques à Chaban-Delmas (deux buts par match en moyenne), ont manqué cette fois de réalisme, face à des Aiglons évoluant pourtant à 10 pendant une heure après l’exclusion de Jeunechamp, pour un tacle sur la cheville de Wendel. Nice justement reçoit le week-end prochain l’OL, qui affronte ensuite Nancy et Auxerre, tandis que Bordeaux se rendra à Marseille puis rencontrera Sochaux et Lens. A l’autre bout du classement, les Parisiens, en disposant d’Auxerrois maladroits (3-1), ont retrouvé l’espoir et achevé en beauté une semaine commencée la joue encore rouge de la claque reçue à Caen (3-0) et sous les lazzi de leurs propres supporters. «Je suis très content, mais le jour où on sera sorti d’affaire, je serai soulagé et vraiment satisfait», a commenté Paul Le Guen. Ses joueurs, soutenus par un vibrant Parc des Princes, ont retrouvé allant et envie, guidés par Pauleta, auteur dès la 3e minute de son 200e but en France (depuis 2003). Le capitaine portugais, qui fête ses 35 ans lundi, a estimé, à propos du nouveau conseiller sportif Michel Moulin, que «ce n’est pas une personne qui arrive à trois semaines de la fin du championnat qui va tout changer», tandis que Camara nuançait: «Il a amené un nouveau discours, parler aux joueurs ça ne peut être que positif, mais ce n’est pas un magicien».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *