Lyon remet les choses au point

Lyon remet les choses au point

En plantant ses crocs dans une équipe de Bordeaux encore trop tendre pour les grands rendez-vous, Lyon a rappelé avec orgueil son statut et pris du même coup une sérieuse option sur la qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions. Battu mardi 3-1 à Gerland au terme d’un match de haute volée, Bordeaux a subi un nouveau revers trois jours après sa défaite sur le même score face à Marseille en finale de la Coupe de la Ligue et peut s’interroger sur la solidité de son mental. Un exploit des Girondins est certes encore possible, mercredi prochain, à Chaban-Delmas, mais Lyon tient la corde et peut s’autoriser à rêver de figurer pour la première fois dans le dernier carré de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Bordeaux a livré en terre lyonnaise une prestation plus qu’honorable et parfois joué de malchance mais a été trahi par sa défense, bancale en l’absence de Marc Planus, blessé, et Alou Diarra, suspendu. «Il y a eu un peu de fébrilité derrière et les deux premiers buts étaient évitables», a reconnu Laurent Blanc, sans vouloir accabler quiconque, ni Matthieu Chalmé, qui a vécu un véritable calvaire, ni sa jeune charnière, composée de Ludovic Sané et Michaël Ciani, tous deux dépassés par les événements. «Cette équipe est encore jeune», a ajouté l’entraîneur des Girondins. «Ils nous faut acquérir de l’expérience.» Bordeaux, qui a mis fin l’an dernier à sept ans de règne lyonnais sur la Ligue 1 et n’avait pas encore perdu cette saison en Ligue des champions, a effectivement pris une leçon dans ce domaine. Bien plus habitué aux joutes européennes, Lyon n’a cessé de se battre et a résisté vaillamment aux assauts bordelais en seconde mi-temps. Avec un Lisandro Lopez de combat en pointe, des joueurs de devoir dans toutes les lignes et un gardien exceptionnel en la personne d’Hugo Lloris, l’OL a une nouvelle fois répondu présent, dans le sillage de l’élimination du Real Madrid au tour précédent. Le président lyonnais, Jean-Michel Aulas, a cependant eu le triomphe modeste, se bornant à souligner la qualité, indéniable, du spectacle offert par les deux équipes. «Cela a été un match spectaculaire avec un bon résultat à la clé pour l’OL», a-t-il résumé avant d’expliquer justement que l’ouverture du score par les Lyonnais en début de match et l’égalisation bordelaise dans la foulée avaient contribué à débrider les débats. «On a assisté à un match de qualité avec deux jeux tournés vers l’offensive et cherchant le KO», a poursuivi le patron de l’OL. «Les buts sont arrivés très vite, ce qui a modifié les plans tactiques initiaux.»

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *