Lyon se qualifie péniblement face à Sedan

Lyon se qualifie péniblement face à Sedan

La qualification pour la finale de la Coupe de France peut transformer la saison de l’Olympique lyonnais en millésime d’exception, à condition de retrouver en championnat la réussite connue en Coupe. L’OL a oblitéré son billet pour le Stade de France, pour une finale le 24 mai contre le PSG, grâce à une courte victoire 1-0 contre Sedan mercredi soir à Gerland, sur un coup-franc de Juninho à deux minutes de la fin du match. Avec ce 37e coup-franc victorieux depuis son arrivée à Lyon en 2001, le stratège brésilien a libéré une équipe qui avait jusqu’alors bafouillé son football. «Juninho, c’est une star, un grand joueur décisif au moment où il le faut. Ce sont ces grands joueurs qui font la différence. Il marque encore l’histoire de l’OL», a commenté le président olympien Jean-Michel Aulas, heureux de voir son club toujours en lice pour le premier doublé Coupe-Championnat de son histoire. Jamais depuis le début de son règne sur la Ligue 1 en 2002 le sextuple champion de France n’avait été si près d’un tel doublé. Sa dernière demi-finale remonte à 1998 et s’était soldée par une défaite à Lens (2-0). Sa dernière finale date de 1976 (défaite 2-0) devant Marseille. Quant à sa dernière victoire en Coupe de France, la troisième après les sacres en 1964 et 1967, elle a 35 ans d’âge avec un succès 2-1 sur Nantes. Comme Aulas, le défenseur italien Fabio Grosso apprécie le talent de son capitaine: «Juninho fait partie des grands joueurs capables de faire la différence dans les moments importants. C’est un but important qui nous a évité de jouer 30 minutes supplémentaires». Une prolongation contre Sedan aurait un peu plus entamé les réserves de Lyonnais qui n’ont plus que deux points d’avance sur Bordeaux à deux journées de la fin de la Ligue 1. Aux yeux de l’entraîneur Alain Perrin, la joie de la victoire contre Sedan aura en outre le mérite de faciliter la récupération avant de recevoir Nancy samedi. «C’est toujours bien pour la confiance de gagner», relève Alain Perrin. «Et on récupère toujours mieux dans la victoire». Si Lyon peut réussir le premier doublé depuis Auxerre en 1996, Perrin est aussi à titre personnel tout près de réussir la passe de deux. En finale, l’OL va retrouver le PSG, déjà vainqueur de la Coupe de la Ligue cette saison. «Face à Paris, nous avons c’est vrai sur le papier les faveurs des pronostics. Mais en face, Paris s’avère être une équipe de Coupe avec un gardien en réussite dans cette épreuve. Ce sera donc très serré », prévient Perrin.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *