M hamed Fakhir : «Je considère le Raja comme ma maison que je dois soutenir et pousser sur le devant de la scène avec amour»

M hamed Fakhir  : «Je considère  le Raja comme  ma maison que je dois soutenir et pousser sur le devant de la scène avec amour»

ALM : Après avoir remporté la Coupe du Trône quels sont les autres challenges ?
M’hamed Fakhir : En remportant le titre de la Coupe du Trône, nous avons pu atteindre notre premier objectif qui nous boostera à continuer sur ce rythme. Nous allons maintenant nous concentrer sur le championnat et la Coupe arabe des clubs champions. Nous sommes suffisamment armés et le titre de cette saison est à notre portée. Pour la Coupe arabe, nous attendons le tirage au sort pour avoir une visibilité sur le groupe. Ceci dit, nous avons fait le plein d’énergie pour aborder le prochain tour avec sérénité.

Est-ce vrai que vous avez dressé une liste de joueurs à transférer pendant le mercato hivernal ?
Nous avons encore 6 journées à jouer en championnat (aller). Il est encore tôt de parler de transfert de joueurs. Je n’ai pas encore dressé de liste. On verra bien d’ici fin décembre et début janvier. D’abord je dois évaluer mon effectif et c’est à travers cette évaluation que je dresserai une liste finale.

Comment allez-vous aborder le prochain tour de la Coupe arabe des clubs champions ?
D’abord j’attends le tirage au sort du deuxième tour pour connaître mes adversaires. C’est un peu prématuré de dire que nous allons remporter ce titre, mais j’aspire à le voir garnir le palmarès du Raja.  

Et le prochain Mondial des clubs ?
Toute équipe rêve d’être présente au Mondial des clubs. Moi et mon équipe sommes conscients de la responsabilité qui nous attend et le travail que nous devons réaliser pour nous qualifier à cette compétition.

Quels sont les changements apportés au Raja avec l’avènement de Boudrika à la tête du club ?
Mohamed Boudrika a apporté beaucoup de changement au club. Son projet présenté lors des élections contient de bonnes idées pour pousser le Raja à jouer les premiers rôles aux niveaux national et africain. Pour lui c’est une aventure après une saison précédente presque «sabbatique». Il a mis beaucoup d’argent pour le recrutement de joueurs, pour compléter l’effectif du Raja après plusieurs départs. Sans oublier le côté administratif qui a connu un ordre dans tous ses départements.

Quelle est la principale raison de votre retour au Raja ?
D’abord il y a une certaine complicité entre moi et le président du club. J’ai décliné plusieurs offres de clubs importants pour le Raja. De plus, je considère ce club comme ma maison que je dois soutenir et pousser sur le devant de la scène avec amour et affection.

Le championnat professionnel en est à sa deuxième édition, un bilan ?
Personnellement, j’ai constaté un énorme changement par rapport aux saisons précédentes. Nous avons maintenant un championnat professionnel soumis à un cahier des charges transparent et exigeant. Cette professionnalisation a permis d’élever le niveau de la compétition et de jeu entre les clubs, notamment les grandes équipes qui représentent le football local. Ainsi les joueurs sont motivés par l’idée de faire partie de l’équipe nationale qui est un passage important dans la carrière des joueurs locaux.

Quel commentaire faites-vous sur les erreurs d’arbitrage qui marquent les matchs du championnat ?
Les erreurs sont humaines. Et je tiens à vous préciser que c’est connu et ce dans tous les championnats du monde, les arbitres commettent de temps à autre des erreurs que le public et les joueurs condamnent.  

Je vais revenir un peu en arrière pour parler du match contre le FC Barcelone. Quelle explication donner à cette prestation ?
Beaucoup de questions m’ont été posées à ce propos. Moi je dirais qu’on ne peut pas comparer l’incomparable. Le club catalan a son histoire et sa notoriété et c’est difficile de se comparer avec une telle équipe. Cependant, au moment de cette rencontre, la nouvelle équipe du Raja était encore au berceau avec de nouveaux joueurs fraîchement recrutés. Aujourd’hui et avec le nouveau bureau dirigeant le Raja est en train de bâtir un avenir prometteur avec une grande détermination.

Quelles sont les chances de l’équipe nationale lors de la prochaine CAN-2013 en Afrique du Sud ?
Le Maroc a toutes les chances de réaliser l’essentiel lors de cette Coupe d’Afrique des Nations. L’équipe a hérité d’un groupe un peu clément, donc il faut s’y mettre et sortir toutes les cartes, notamment lors du premier tour afin de franchir le cap pour le second.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *