Maazouzi en or, Hachlaf en bronze

Le Français d’origine marocaine, Driss Maazouzi a remporté la médaille d’or du 1500m des championnats du monde d’athlétisme, qui se déroulés du 14 au 16 mars à Birmingham, en Angleterre. Il a remporté l’épreuve dans le temps de 3 min 42 sec 59/100.
Pour sa part, le Marocain Abdelkader Hachlaf a obtenu la médaille de bronze, en 3:42.71, derrière le Kenyan Bernard Lagat (3:42.62). Premier Français titré en salle depuis la victoire du perchiste Jean Galfione en 1999 et sixième depuis la création de l’épreuve en 1985, Maâzouzi a longtemps savouré ce succès, appuyé sur les rambardes de la salle bondée.
Le Marocain d’origine (33 ans) qui vit à Saint-Etienne depuis de nombreuses années, a réussi une course tactique parfaite en occupant constamment l’une des deux premières places. A 800 m de la ligne, il s’est calé dans la foulée de Lagat, qui prenait la tête sans s’inquiéter. Ensuite, c’est lui-même qui a porté l’attaque fatale en passant sous la cloche. Il lui a alors suffi de résister à Lagat pour s’imposer au sprint et remporter son premier titre au niveau mondial. «Cette victoire ouvre beaucoup de choses, surtout avant Paris (les Mondiaux). C’est aussi une confirmation que tout le monde est battable. Rien n’est impossible », a glissé radieux Maazouzi. Après un été gâché par une blessure à un mollet qui l’a empêché de disputer sa chance aux Championnats d’Europe, en août dernier à Munich, Maazouzi a partagé son hiver entre le 1500 m en salle, avec un titre de champion de France, et le cross-country, où il disputera les Mondiaux à Lausanne (Suisse) dans deux semaines. Mais Maazouzi pense déjà à l’avenir. Il en écrira les premières lignes les 29 et 30 mars prochains, à Lausanne (Suisse), où il participera avec l’équipe de France au championnat du monde de cross court. Et visiblement, sa victoire anglaise lui a donné des idées. «J’y viserai le podium, tranche-t-il, histoire de concrétiser encore le travail effectué cet hiver».
Lors des championnats du monde d’Edmonton en août 2001, il avait empoché avec le bronze la première médaille internationale de sa longue carrière, répétant à l’envi qu’il n’y avait pas d’âge pour se ciseler un palmarès. La devise, visiblement, reste d’actualité. Privé des championnats d’Europe de Munich l’été dernier (une épreuve que Mehdi Baala, son grand rival au niveau national, avait remporté), Maâzouzi avait ruminé sa déception avant de reprendre le chemin de l’entraînement en septembre 2002, focalisé sur les championnats du monde qui auront lieu à Paris, au stade de France, en août prochain. Son tout nouveau statut lui ouvre, forcément, de nouvelles perspectives en vue de cet événement. « Battre quelqu’un comme Lagat est une référence.
Cela prouve qu’à Paris, tout sera possible ». Le champion du monde en salle devra toutefois composer avec Hicham El Guerrouj, le maître incontesté du 1500 m, et Mehdi Baala, le champion d’Europe français, tous deux absents en Angleterre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *