Maître Karim Adyel: «C’est un honneur de représenter le Maroc et le football marocain au niveau international»

Maître Karim Adyel: «C’est un honneur de représenter le Maroc  et le football marocain au niveau international»

Avec l’explosion du sport, de son exercice et des conflits qui opposent pratiquants et dirigeants, les sportifs professionnels ont aujourd’hui de plus en plus recours aux avocats. Pour ces raisons, mais aussi du fait de sa passion pour le sport, Me Adyel, ancien tennisman, s’est spécialisé dans le droit du sport. Entretien avec un passionné de sport et fervent défenseur de sa profession.

ALM : Comment en êtes-vous arrivé à travailler sur le droit du sport ?
 

Karim Adyel : Étant docteur d’Etat français en droit comparé et avocat au Barreau de Casablanca depuis 2002, j’ai été auparavant joueur semi-professionnel de tennis. J’ai aussi constaté que le droit du sport était inexistant au Maroc. C’est donc cette double passion pour le droit et le sport ainsi que la volonté d’apporter mon expertise en la matière qui m’ont orienté vers ce cursus.

Comment devenir avocat du sport ? Quelle formation suivre ? Quel cursus avez-vous suivi ?

Afin de devenir avocat en droit du sport, il faut bien entendu être d’abord avocat, ensuite titulaire d’un Master 2 Universitaire professionnel en droit du sport. C’est le cursus que j’ai suivi au sein de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Le fait d’être également docteur d’Etat français en droit a beaucoup contribué à appréhender avec plus de facilité toutes les matières du droit du sport, à savoir la législation du sport et justice sportive, le droit économique et social du sport et la soutenance d’un mémoire.

Vous êtes devenu récemment le premier marocain membre officiel de l’Association internationale des avocats de football. Que représente pour vous cette distinction ?

C’est un immense honneur et un grand privilège pour moi de devenir officiellement le premier avocat marocain membre de la plus prestigieuse Association internationale des avocats du Football. Cela constitue pour moi une fierté de représenter le Maroc et le football marocain au sein de cette prestigieuse institution internationale.

Dans le domaine sportif, en tant que spécialiste, quelles sont les principales problématiques que vous rencontrez et vos principaux domaines d’intervention ?

Dans le domaine juridico-sportif, plusieurs problématiques subsistent à la fois en matière de gouvernance sportive et en matière de connaissances professionnelles en droit du sport et de conseils aux sportifs professionnels marocains.
Dans ce sens, mes domaines d’intervention incluent la médiation, la conciliation et l’arbitrage en la matière et le conseil légal sportif. En ce qui concerne ce dernier point, je vous informe que je suis le conseiller juridique de l’Union marocaine des footballeurs professionnels, présidée par Mustapha El Haddaoui.En qualité d’avocat, il sera surtout question d’œuvrer pour la représentation, les actions en justice étatique et actions extrajudiciaires auprès des instances fédérales nationales et arbitrales internationales FIFA, TAS, etc.

Les affaires de litiges entre sportifs et clubs sont de plus en plus nombreuses. Y a-t-il un dossier qui vous a marqué ?

En effet, les dossiers sont de plus en plus nombreux et ce à cause de la méconnaissance des droits et devoirs de chacun en matière sportive. Le but étant d’informer tous les protagonistes en matière sportive de leurs droits et devoirs en toute transparence.
Un des dossiers qui m’a le plus marqué est celui d’un joueur professionnel de football ayant joué au Maroc au sein d’un club pendant un certain temps et n’ayant pas son contrat de travail, puisqu’il faut savoir que même en matière sportive professionnelle il s’agit d’un contrat de travail, ce dernier n’a pas été homologué par le club auprès de la FRMF, ce qui constitue manifestement d’abord un caractère illégal, en application des statuts et règlements de la FRMF et de la FIFA mais aussi une irresponsabilité sportive de la part du club en cas de survenance au joueur d’un problème de santé ou blessure, voire décès dans le cadre de l’exercice de sa profession.
Aussi, demeure le problème phénoménal du non-respect des engagements contractuels par les clubs : paiement des salaires, différentes primes, assurances… Le chantier est grand.

Le sport en général et le football en particulier sont de plus plus en médiatisés, le côté financier y prend une place prépondérante. Le sportif d’aujourd’hui a-t-il nécessairement besoin d’une aide juridique ?

Bien entendu qu’au vu de l’importance des enjeux financiers dans le football professionnel d’aujourd’hui, et le sport professionnel en général, individuel ou collectif, le joueur a besoin d’assistance juridique spécifique tout au long de sa carrière, avant sa signature jusqu’à sa reconversion et sa retraite.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *