Manchester se qualifie pour une finale 100% anglaise

Manchester se qualifie pour une finale 100% anglaise

C’est Paul Scholes qui d’une frappe magnifique a inscrit en début de match (14e) le but qui envoie Manchester à Moscou le 21 mai pour sa troisième finale de C1 après celles remportées en 1968 et 1999. Une finale qui pour la première fois de l’histoire de la Ligue des champions sera 100% anglaise.
Entre Manchester et le Barça, les deux seules équipes encore invaincues en Ligue des champions, cette saison, le match a tenu toutes ses promesses. Après le but de Scholes, Manchester s’est procuré plusieurs occasions de tuer le suspens, mais, faute d’y parvenir, est resté jusqu’au bout sous la menace pressante des Catalans, qui auraient empoché le billet en cas d’égalisation.
Lionel Messi était dangereux dès son premier ballon, ce qui donnait tout de suite un ton enlevé à la rencontre. Le Barça maintenait, ensuite, une légère emprise sur les événements. C’est pourtant Manchester United qui ouvrait le score. Sur une attaque côté gauche de Cristiano Ronaldo, Gianluca Zambrotta effectuait une mauvaise relance dans l’axe et Paul Scholes qui traînait à vingt-cinq mètres de la cage catalane décochait une frappe exceptionnelle qui se fichait dans la lucarne gauche de Victor Valdes (14e). Très souvent sollicité sur son flanc droit, Messi continuait de démontrer qu’il pouvait être le sauveur de son équipe. Il adressait une belle frappe brossée qui obligeait le grand Edwin Van der Sar à s’allonger pour repousser la balle d’une main ferme (20e). Le match s’animait. Ji-Sung Park était tout proche de doubler la mise mancunienne mais son tir frôlait le poteau gauche de Valdes (21e). Juste avant la pause, une tête de Nani connaissait le même sort (41e). Entre-temps, le Barça avait offert deux occasions de but à Deco, mais ce dernier avait chaque fois manqué le cadre (34e et 37e). Dès le retour des vestiaires, le Barça monopolisait le ballon. Manchester reculait mais sans fermer le jeu et se procurait une nouvelle occasion sur un tir de Carlos Tevez bien repoussé par Valdes (57e).
Pour secouer la défense mancunienne, le Barça lançait, à l’heure de jeu, Thierry Henry, déjà auteur de neuf buts contre Manchester lorsqu’il évoluait à Arsenal.Les Mancuniens  qui avaient joué et perdu un énorme match (1-2) samedi sur la pelouse de Chelsea commençaient à accuser le coup sur le plan physique. Barcelone en profitait pour appuyer ses attaques. Mais les Catalans, qui n’avaient pas inscrit le moindre but lors de leurs trois dernières sorties, étaient inefficaces à l’image de Thierry Henry qui, par deux fois (78e et 81e), faisait briller Van der Sar.
Les dernières minutes étaient crispantes pour les hommes d’Alex Ferguson. Mais le leader de la Premier League faisait preuve d’une grande maîtrise et d’une immense solidarité pour empêcher le retour des catalans et continuer de voler vers un doublé coupe d’Europe-championnat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *